Comment limiter l’alternance de la production chez les arbres fruitiers ?

Il peut arriver que les arbres fruitiers de notre jardin ou de notre verger ne produisent des fruits qu’une année sur deux. On appelle ce phénomène « l’alternance de la production ». Mais quels sont les facteurs qui favorisent cette dernière, et comment la limiter ? Cependant, il est essentiel de connaitre de quoi il s’agit réellement  pour mieux y remédier. Découvrez dans cet article nos conseils pratiques.

Quelles espèces d’arbres peuvent être sujettes à l’alternance ?

Bien qu’on rencontre souvent l’alternance de la production chez les fruitiers, retenez que certaines espèces sont plus vulnérables que d’autres. Les arbres à pépin comme les pommiers, les poiriers ainsi que les citronniers sont les plus enclins à en être affectés. Malgré cela, ce phénomène peut toucher les pruniers, les oliviers et les agrumes. Les manguiers et les avocatiers sont rarement sujets à l’alternance. De manière générale, on aura une bonne récolte chez ces espèces tous les deux ans. Quant à la récolte intermédiaire, sa quantité est souvent moindre, voire inexistante.  Pour bénéficier d’une bonne récolte, vous pouvez solliciter l’aide de cet elagueur dans le Drome. Ce spécialiste en arboriculture optera pour le traitement qui convient le mieux à vos arbres fruitiers.

L’alternance chez certains fruitiers : comment peut-on l’expliquer ?

Nombreux sont ceux qui pensent que ce phénomène est étroitement lié aux conditions climatiques printanières. Pourtant, ce n’est pas le cas. L’alternance est relative à la formation des bourgeons floraux, notamment au nombre de fleurs qui se sont épanouies durant le printemps. En effet, des ébauches de boutons floraux apparaissent pendant l’été. Cependant, ils rentrent en concurrence avec les jeunes fruits produits par l’arbre. La sève s’achemine plus vers ces derniers. Sa répartition ne s’opère donc pas de façon équitable. En conséquence, les boutons floraux sont défavorisés. Ils ne pourront pas alors se développer en grand nombre. La récolte restera bonne durant l’année au cours de laquelle ce phénomène a lieu. En revanche, une quantité considérable de sèves sera consommée par les fruits que l’arbre aura produits. Ces fruits produisent à leurs tours des hormones qui inhibent la formation des nouveaux bourgeons floraux.

Que faire pour limiter l’alternance de la production?

On peut tout à fait remédier au phénomène de l’alternance. C’est une bonne nouvelle pour ce qui désire obtenir une bonne récolte. Cependant, nous vous encourageons à contacter un élagueur professionnel. En outre, voici les principaux moyens d’éviter l’alternance chez les fruitiers.

D’une part, on procède à l’éclaircissage de l’arbre fruitier. Concrètement, on supprime certains nombres de fruits lorsque la floraison est importante. En procédant de la sorte, on parvient à stopper l’effet inhibiteur des fruits sur  l’expansion des futurs boutons floraux. Ceci est également un moyen de régulariser la production d’une année à une autre. Néanmoins, l’éclaircissage s’opère d’une manière différente en fonction de l’espèce de l’arbre qui en fait l’objet. Voilà encore une raison de solliciter l’aide d’un spécialiste en travaux d’élagage.

D’autre part, on peut échapper à ce phénomène en plantant les espèces d’arbres fruitiers les moins sujettes à l’alternance. À titre d’information, cette dernière est courante chez les pommes Reine de Reinettes et Belle de Boskoop. Les poiriers, la Louise de Bonne d’Avranches, le Doyenné de Comice ainsi que le Général Leclerc sont par contre plus susceptibles à celle-ci.

La cloque du pêcher : comment traiter cette pathologie?

Comme tout être vivant, les arbres peuvent aussi tomber malades. La cloque fait partie des pathologies qui peuvent affecter les arbres fruitiers. C’est surtout le cas des pêchers, des nectariniers, des amandiers ou encore des cerisiers. Cette maladie a des impacts considérables sur la production de fruits. Mais comment donc la traiter ? Découvrez les réponses à cette question dans les paragraphes suivants.

La cloque du pêcher : de quoi s’agit-il ?

La cloque du pêcher est une maladie causée par un champignon. Si elle n’est pas constatée à temps, elle peut gravement affecter les feuilles et les fruits produits par l’arbre. En raison de celle-ci, les feuilles se déforment. Elles deviennent boursouflées, s’enroulent sur elles-mêmes, prennent une couleur rouge/brune ou un teint plus pâle que d’habitude. Ces feuilles se recouvrent également de spores blanches et poudreuses au fil du temps. Au final, elles finissent par tomber.

Généralement, cette maladie commence son développement dès la saison printanière. C’est surtout le cas si l’hiver a été doux et pluvieux. Le champignon responsable de celle-ci se loge sous l’écorce de l’arbre et les écailles des bourgeons. Sa propagation est favorisée par l’humidité.

Comme susmentionnées, les feuilles ne sont pas les seules à être touchées par la cloque. Cette maladie peut aussi affecter les fruits, et compromettre la récolte. Ainsi, si vous observez des symptômes inquiétants, contactez au plus vite un spécialiste en arboriculture comme l’élagueur.

Comment protéger ses arbres fruitiers contre la cloque du pêcher ?

Pendant l’hiver, cette maladie prend la forme de spores. On les retrouve au niveau des bourgeons et  sous l’écorce de l’arbre. Sa diffusion se déclenche quand le climat devient plus humide et quand la température monte dans le 10°C et 15°C. Pour se prémunir efficacement contre la cloque du pêcher, l’idéal est d’agir à la fin de l’hiver ou en début de printemps.

À titre de prévention, les fruits momifiés de l’arbre seront éliminés. En effet, il s’agit d’un foyer favorable au développement des parasites et des maladies. Quant aux feuilles touchées par la cloque du pêcher, il faudra procéder à leur suppression. Si elles sont déjà tombées, il ne faut pas tarder à les ramasser. Elles doivent être brûlées le plus vite possible. Ceci étant fait afin de ne pas contaminer le sol si elles rentrent en contact avec celui-ci. D’ailleurs, cette situation ne ferait qu’accentuer la prolifération de cette maladie.

En outre, vous pouvez envisager l’application de la bouille bordelaise sur les feuilles. Si une taille d’entretien a été effectuée, les blessures devront impérativement être traitées avec du mastic cicatrisant. On peut également se prémunir contre la cloque du pêcher en faisant un apport suffisant en engrais ou en compost à la plante.

Comment traiter efficacement cette pathologie ?

La cloque du pêcher peut refaire surface l’année suivante après la mise en œuvre d’un traitement préventif. À titre curatif, on procède au retrait des feuilles infestées. Les branches les plus touchées seront aussi élaguées. Pour cela, nous vous préconisons de faire appel à une entreprise spécialisée en travaux d’élagage d’arbre comme https://www.elagueur-paysagiste-28.fr/ . Il faudra, en plus de tout cela, pulvériser de nouveau de la bouille bordelaise.

L’ail constitue un traitement efficace contre la cloque du pêcher. On macère 100g de ce produit dans deux cuillères à soupe d’huile d’olive. Puis, on le laissera reposer toute une nuit. Ensuite, on ajoute 1 litre d’eau à ce mélange. Après l’avoir filtré, appliquez-le sur les  feuilles qui souffrent de cette maladie.

Enfin, il importe d’entretenir les pêchers régulièrement. Pendant l’hiver, l’exécution d’une taille de fructification est nécessaire. Il ne faut pas cependant tailler de manière abusive. Si vous ne disposez donc d’aucune expérience dans le domaine, nous vous conseillons de solliciter l’aide d’un élagueur professionnel.

Quand ne faut-il pas élaguer un arbre?

L’élagage est une opération délicate qui ne se fait pas sur un coup de tête. En effet, bien que son principal but soit de préserver la santé et la vigueur de l’arbre, il ne faut pas oublier qu’il agresse, en partie, l’intégrité de la plante. Donc avant de s’y mettre, il faut à tout prix s’interroger sur la vraie nécessité de cette pratique. Il est également primordial de bien étudier le moment  propice à la taille. Le choix d’une mauvaise période pour élaguer un arbre comporte de gros risques tant pour la santé de l’arbre que pour la sécurité de l’élagueur. Voyons donc à quel moment l’on ne doit pas procéder à l’élagage d’un arbre.

Continue reading « Quand ne faut-il pas élaguer un arbre? »

Quelles sont les spécificités de la taille douce des arbres?

On entend souvent parler des travaux d’élagage et de la technique de « taille douce » des arbres. Également appelée « taille raisonnée », cette méthode se matérialise par la suppression des branches malades, mortes et cassées d’un arbre. Il en va de même de celles qui se superposent. Le principal but de cette taille reste néanmoins la préservation de la structure initiale de l’arbre ou de l’arbuste. De surcroit, elle garantit le développement harmonieux des plantes qui en font l’objet. Dans les lignes qui suivent, nous allons aborder les particularités de la taille douce.

La taille douce : les principes généraux

Cette technique se caractérise par sa délicatesse. En effet, la pratique de la taille douce fait appel à des connaissances en arboriculture. Elle requiert aussi un grand savoir-faire. Lorsque la taille est mal réalisée, la plante peut en souffrir. En conséquence, si vous ne disposez d’aucune compétence en matière d’élagage d’arbre, il est préférable de ne pas vous occuper des travaux vous-même. Une coupe irrégulière et/ou des erreurs de tailles peuvent occasionner la mort du végétal. Les plaies résultant de la taille risquent également de prendre du temps à se cicatriser. Vous dépenseriez donc encore plus pour soigner l’arbre. Ainsi, nous vous encourageons à engager cet élagueur professionnel dans le Morbihan pour cette opération.

En outre,  différents paramètres sont à prendre en compte dans la pratique de la taille douce. Cette technique est à mettre en œuvre si elle est adaptée aux caractéristiques propres à l’arbre. En effet, le type de coupe à réaliser sera fonction de l’espèce du végétal, de son âge, de l’état de sa charpente, de sa morphologie et du lieu où il est planté. À côté de ces paramètres, il faudra observer les normes de sécurité et les règlementations en vigueur. En fait, les travaux ne doivent pas constituer un trouble pour le voisinage. Enfin, il est important de penser aux besoins de la plante. Selon les cas, on mettra en œuvre une taille de formation, une taille d’entretien ou une taille de rajeunissement. Par conséquent, la maitrise de chacune de ces techniques est nécessaire si l’on veut s’occuper des travaux personnellement.

Dans quels buts pratiquer la taille douce ?

Avant toute chose, sachez qu’un arbre fera l’objet d’une taille douce durant toute son existence. En effet, dès sa plantation, il est soumis à cette technique par le biais de la taille de formation. Une fois qu’il aura atteint sa maturité, il fera l’objet d’une taille d’entretien. Cette dernière peut se traduire par un accompagnement dans la croissance du végétal. Enfin, lorsqu’il aura pris l’âge, une taille de rajeunissement sera exécutée pour l’aider à mieux vivre.

Par ailleurs, on contrôle mieux le développement de l’arbre grâce à la taille douce. D’où l’intérêt de l’élaguer dès son plus jeune âge. De plus, elle permet d’éviter que celui-ci ne fasse trop d’ombre dans le jardin. Étant donné que les « mauvaises » branches seront éliminées, l’arbre sera mieux aéré et le houppier sera plus léger. Les rayons du soleil pourront ainsi pénétrer au centre de celui-ci.

Pour terminer, la taille douce procure à l’arbre une structure bien harmonieuse. Pour former sa charpente, les branches à la base seront coupées afin de répartir le poids des feuillages et des fruits équitablement autour du tronc. En outre, elle peut faire office de traitement et optimise la croissance de la plante. C’est notamment le cas lorsqu’on coupe certaines branches pour éviter la prolifération d’une éventuelle maladie. Ici encore, nous vous conseillons de faire appel à un élagueur professionnel pour entretenir vos arbres.

Pour quelles raisons faut-il élaguer les arbres?

Il est toujours agréable d’avoir des grands arbres majestueux dans son jardin. Mais lorsque ces géants verts atteignent une hauteur assez imposante, ils peuvent causer des gênes et même des accidents. C’est pourquoi l’élagage des arbres est primordial. En fait, cette opération consiste à couper, à tailler les grosses branches et les branches mortes qui s’avèrent être dangereuses. Aussi, le travail d’élagage est effectué pour préserver la santé et l’esthétique des arbres. Bref, voici les 4 principales raisons qui poussent les gens à élaguer leurs arbres.

Continue reading « Pour quelles raisons faut-il élaguer les arbres? »

Les caches conteneurs : quelle utilité ?

Cache conteneurs

Les déchets éparpillés partout dans les rues polluent l’environnement et rendent les endroits inesthétiques. Dans le souci de préserver la beauté des parcs, des communes et des espaces publics, il est grand temps de songer à investir dans des caches conteneurs adaptées. Ils sont également destinés à être installés dans des établissements recevant du public, comme les restaurants, les bars ou encore les hôtels. Continue reading « Les caches conteneurs : quelle utilité ? »

Top 5 des dentifrices aux arômes naturels

richard_palacci_nice

Bien se brosser les dents est indispensable pour les garder en bon état. Cependant, malgré un brossage quotidien, les dents peuvent être négativement affectées si on utilise des dentifrices contenant des produits nocifs. Ce top 5 des dentifrices aux arômes naturels disponibles à Nice va vous permettre d’entretenir vos dents en toute quiétude avec des produits naturels et bio.

Continue reading « Top 5 des dentifrices aux arômes naturels »

Le gavial du Gange : Le seul représentant de la famille des gavialidés

L’ordre des crocodiliens est composé de quatre familles de grands reptiles à savoir les crocodiles, les alligators, les caïmans et les gavials. Les gavials sont sûrement les moins connus et les moins nombreux aujourd’hui. Cette espèce au museau caractéristique est aujourd’hui menacée par le braconnage. Elle est classée en danger critique d’extinction dans le statut de conservation UICN.  Continue reading « Le gavial du Gange : Le seul représentant de la famille des gavialidés »