Qu’est-ce que la pollution atmosphérique ?

La pollution de l'air

Nous entendons parler des diverses formes de pollution et nous lisons à ce sujet dans les médias. La pollution est l’une de ces formes de contamination de l’air, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur. Une altération physique, biologique ou chimique de l’air dans l’atmosphère peut être qualifiée de pollution. Elle se produit lorsque des gaz nocifs, de la poussière, de la fumée pénètrent dans l’atmosphère et rendent difficile la survie des plantes, des animaux et des humains lorsque l’air devient irrespirable.

 

Deux types de pollution

 

La pollution de l’air peut être classée en deux sections : la pollution de l’air visible et la pollution de l’air invisible.

Une autre façon de voir la pollution de l’air pourrait être toute substance qui a le potentiel d’entraver l’atmosphère. Ainsi, elle nuit le bien-être des êtres vivants qui y survivent. Le maintien de toutes choses vivantes est dû à une combinaison de gaz qui forment collectivement l’atmosphère ; le déséquilibre causé par l’augmentation ou la diminution du pourcentage de ces gaz peut être nocif pour la survie.

La couche d’ozone considérée comme cruciale pour l’existence des écosystèmes de la planète s’appauvrit en raison de l’augmentation de la pollution. Le réchauffement de la planète, conséquence directe du déséquilibre accru des gaz dans l’atmosphère, est devenu la plus grande menace et le plus grand défi que le monde contemporain doit surmonter pour survivre.

 

Types de polluants

 

Afin de comprendre les causes de la pollution de l’air, plusieurs divisions peuvent être faites. Les polluants atmosphériques peuvent être causés principalement par des sources primaires ou secondaires. Les polluants qui sont le résultat direct du processus peuvent être appelés polluants primaires. Un exemple classique de polluant primaire serait le dioxyde de soufre émis par les usines.

Les polluants secondaires sont ceux qui sont causés par le mélange et les réactions des polluants primaires. Le smog créé par les interactions de plusieurs polluants primaires est connu comme étant un polluant secondaire.

 

Pour d’avantage d’articles sur l’écologie de l’air, nous vous conseillons la catégorie Air.

Geoffroy Stern: Qu’est-ce que les villes intelligentes ?

Geoffroy Stern: Qu’est-ce que les villes intelligentes ?

Une ville intelligente est une municipalité qui utilise les technologies de l’information et de la communication pour accroître l’efficacité opérationnelle, partager l’information avec le public et améliorer à la fois la qualité des services gouvernementaux et le bien-être des citoyens.

Bien que la définition exacte varie selon les personnes à qui vous parlez, le consultant Geoffroy Stern souligne que la mission principale d’une ville intelligente est d’optimiser les fonctions de la ville. Il s’agit de stimuler la croissance économique tout en améliorant la qualité de vie de ses citoyens grâce aux technologies intelligentes et à l’analyse des données.

Caractéristiques d’une ville intelligente

Des tendances émergentes telles que l’automatisation, l’apprentissage automatique et l’Internet des objets (IoT) favorisent l’adoption de villes intelligentes.

« Théoriquement, n’importe quel secteur de la gestion de la ville peut être incorporé dans une initiative de ville intelligente » dit Geoffroy Stern. « Un exemple classique est le parcmètre intelligent qui utilise une application pour aider les conducteurs à trouver des places de stationnement disponibles sans encerclement prolongé des pâtés de maisons surpeuplés ». Le compteur intelligent permet également le paiement numérique, il n’y a donc pas de risque de manquer de pièces pour le compteur.

Toujours dans le domaine des transports, la gestion intelligente du trafic est utilisée pour surveiller et analyser les flux de trafic afin d’optimiser les réverbères afin d’éviter que les routes ne soient trop encombrées en fonction de l’heure de la journée ou des heures de pointe. Le transport en commun intelligent est une autre facette des villes intelligentes, utilisée pour s’assurer que les transports en commun répondent à la demande des utilisateurs. Les sociétés de transport intelligentes sont en mesure de coordonner les services et de répondre aux besoins des usagers en temps réel, ce qui améliore l’efficacité et la satisfaction des usagers. Geoffroy Stern indique que le covoiturage et le vélo-partage sont également des services communs dans une ville intelligente.

La conservation de l’énergie et l’efficacité sont des axes majeurs des villes intelligentes. À l’aide de capteurs intelligents, les lampadaires intelligents s’affaiblissent lorsqu’il n’y a pas de voitures ou de piétons sur les routes. La technologie de réseau intelligent peut être utilisée pour améliorer les opérations, la maintenance et la planification, pour fournir de l’énergie à la demande et surveiller les pannes d’énergie.

Les initiatives de villes intelligentes visent également à surveiller et à traiter les préoccupations environnementales telles que le changement climatique et la pollution de l’air précise Geoffroy Stern. L’assainissement peut également être amélioré avec des technologies intelligentes, utilisant des poubelles connectées à Internet et des systèmes de gestion de flotte compatibles avec l’IoT pour la collecte et le retrait des déchets, ou utilisant des capteurs pour mesurer les paramètres de l’eau et garantir la qualité de l’eau potable.

Les technologies de la ville intelligente

La technologie des villes intelligentes est de plus en plus utilisée pour améliorer la sécurité publique, de la surveillance des zones à forte criminalité à l’amélioration de la préparation aux situations d’urgence avec des capteurs. Par exemple, les capteurs intelligents peuvent être des composants critiques d’un système d’alerte précoce avant les sécheresses, les inondations, les glissements de terrain.
Les bâtiments intelligents font également souvent partie d’un projet de ville intelligente. L’infrastructure existante peut être modernisée et les nouveaux bâtiments construits avec des capteurs non seulement pour assurer la gestion de l’espace en temps réel et assurer la sécurité publique, mais aussi pour surveiller la santé structurelle des bâtiments. L’installation de capteurs sur les bâtiments et autres structures peut détecter l’usure et avertir les responsables lorsque des réparations sont nécessaires. « Les citoyens peuvent apporter leur aide dans ce domaine, en informant les autorités par le biais d’une application de ville intelligente lorsque des réparations sont nécessaires dans les bâtiments et les infrastructures publiques », dit Geoffroy Stern. Comme les nids de poule. Les capteurs peuvent également être utilisés pour détecter les fuites dans les conduites d’eau et autres systèmes de tuyauterie, ce qui permet de réduire les coûts et d’améliorer l’efficacité des travailleurs du secteur public.

Les technologies des villes intelligentes apportent également des gains d’efficience à la production urbaine et à l’agriculture urbaine, notamment la création d’emplois, l’efficacité énergétique, la gestion de l’espace et des produits plus frais pour les consommateurs.

Les villes intelligentes favorisent la durabilité

La durabilité est une autre facette majeure des villes intelligentes. D’après Geoffroy Stern, l’urbanisation devrait encore augmenter dans les années à venir – aujourd’hui, 80% de la population française vit dans les régions métropolitaines contre 60% il y a seulement 50 ans. La technologie intelligente aidera les villes à soutenir la croissance et à améliorer l’efficacité pour le bien-être des citoyens et l’efficacité du gouvernement dans les zones urbaines dans les années à venir.

Les compteurs d’eau et les couvercles de trous d’homme ne sont que quelques-uns des autres composants de la ville surveillés par des capteurs intelligents. Le Wi-Fi gratuit et / ou disponible publiquement est un autre avantage que les villes intelligentes incluent souvent.

Défis et préoccupations des villes intelligentes

Les initiatives de villes intelligentes doivent inclure les personnes qu’elle vise à aider: ses résidents, les gens d’affaires et les visiteurs. Les dirigeants des villes doivent non seulement sensibiliser aux avantages des technologies de la ville intelligente mises en œuvre, mais aussi promouvoir l’utilisation de données ouvertes et démocratisées à leurs citoyens. Si les gens savent à quoi ils participent et quels avantages ils peuvent apporter, ils sont plus enclins à s’engager.

Favoriser la collaboration entre les secteurs public et privé et les résidents de la ville est la clé pour créer un citoyen engagé et responsabilisé et qui contribuera positivement à la ville et la communauté. Des méthodes de collaboration nouvelles et innovantes peuvent améliorer l’engagement. Les projets de villes intelligentes devraient inclure des plans visant à rendre les données transparentes et accessibles aux citoyens. Souvent à travers un portail de données ouvert ou une application mobile souligne Geoffroy Stern. Cela permet aux résidents d’interagir avec les données et de comprendre à quoi elles servent. Grâce à une application intelligente pour les villes, les résidents peuvent également effectuer des tâches personnelles, comme consulter la consommation d’énergie de leur maison, payer leurs factures et trouver des moyens de transport en commun efficaces.

« Les opposants aux villes intelligentes s’inquiètent du fait que les gestionnaires de la ville ne se soucient pas de la confidentialité et de la sécurité des données, craignant que les données que les citoyens produisent quotidiennement soient exposées au risque de piratage ou de mauvaise utilisation » dit Geoffroy Stern. De plus, la présence de capteurs et de caméras peut être perçue comme une atteinte à la vie privée ou à la surveillance du gouvernement. Pour résoudre ce problème, les données sur les villes intelligentes collectées doivent être anonymisées et ne pas être des informations personnellement identifiables.

 

Exemples de villes intelligentes

Kansas City

L’initiative Smart City de Kansas City, au Missouri, implique des lampadaires intelligents, des kiosques interactifs et plus de 50 blocs de Wi-Fi public gratuit le long de la route de tramway de deux miles de la ville. Les espaces de stationnement disponibles, le flux de circulation et les zones piétonnes sont tous accessibles au public grâce à l’application de visualisation de données de la ville.
San Diego a installé 3 200 capteurs intelligents au début de 2017 afin d’optimiser la circulation et le stationnement et d’améliorer la sécurité publique, la sensibilisation à l’environnement et l’habitabilité générale de ses résidents. Des bornes de recharge solaire-électrique sont disponibles pour permettre l’utilisation de voitures électriques, et les caméras connectées aident à surveiller le trafic et à identifier les délits.

Singapour

Souvent considérée comme l’étalon-or des villes intelligentes, la ville-état de Singapour utilise des capteurs et des caméras compatibles avec l’Internet des objets pour surveiller la propreté des espaces publics, la densité des foules et le mouvement des véhicules immatriculés localement. Ses technologies intelligentes aident les entreprises et les résidents à surveiller la consommation d’énergie, la production de déchets et l’utilisation de l’eau en temps réel. Geoffroy Stern indique que Singapour expérimente également des véhicules autonomes, y compris des autobus robotisés de grande taille, ainsi qu’un système de surveillance des personnes âgées pour assurer la santé et le bien-être de ses citoyens âgés.

Dubaï

À Dubaï, aux Émirats arabes unis, la technologie des villes intelligentes est utilisée pour l’acheminement du trafic, le stationnement, la planification des infrastructures et le transport. La ville utilise également la télémédecine et les soins de santé intelligents, ainsi que des bâtiments intelligents, des services publics intelligents, une éducation intelligente et un tourisme intelligent.

Barcelone, capitale catalane

Barcelone, l’Espagne, le système de transport intelligent et les systèmes de bus intelligents sont complétés par des arrêts de bus intelligents qui offrent une connexion Wi-Fi gratuite, des bornes de recharge USB et des mises à jour des horaires des bus pour les cyclistes. Selon Geoffroy Stern, un programme de partage de vélos et une application de stationnement intelligent comprenant des options de paiement en ligne sont également disponibles. La ville utilise également des capteurs pour surveiller la température, la pollution et le bruit, ainsi que pour surveiller les niveaux d’humidité et de pluie.

Recycler les déchets efficacement

Recycler les déchets de façon efficace

Afin de recycler au mieux les résidus de la vie quotidienne, Fabrique21 vous donne quelques conseils pour ne pas commettre de faux pas lors du tri.

 

Bonnes pratiques

  1. Recycler toutes les bouteilles, canettes et papiers.
  2. Gardez les objets propres et secs.
  3. Ne pas jeter les sacs en plastique.

 

Produits à usage unique

 

Plastiques et bouteilles

 

Les plastiques sont recyclés à raison de 2,4 milliards de livres par an. Le recyclage aide à conserver les ressources fossiles et à économiser de l’espace dans les sites d’enfouissement. Les bouteilles en plastique sont déchiquetées en flocons pour remplir les sacs de couchage, les vestes de laine, les tapis et l’isolation. Tandis que les pots et les bacs peuvent facilement être recyclés en nouvelles bouteilles de détergent, stylos, tables de pique-nique, clôtures et conteneurs de recyclage.

 

Que faut-il recycler ?

Le numéro de code sur le fond des plastiques et des bouteilles est souvent considéré à tort comme un indicateur de la capacité d’un produit à être recyclé. En fait, ce nombre n’indique que la composition chimique ou le type de plastique utilisé dans le produit. Tous les plastiques ne sont pas recyclables. De nos jours, il est préférable de recycler par forme : toutes les bouteilles, pots et bacs, car ces matériaux sont plus susceptibles d’être fabriqués à partir de plastiques recyclables.

 

Métaux

 

Environ la moitié des canettes de soda, des canettes de nourriture et d’autres produits en aluminium sont recyclés chaque année. Les impacts environnementaux et économiques de ces actions sont énormes.

 

Les articles acceptés sont :

  • Boîtes en fer-blanc
  • En aluminium
  • En acier

Transformation :

Les boîtes de conserve écrasées sont fondues, versées dans des boîtes, refroidies, roulées et finalement converties en de nouvelles boîtes. Les métaux recyclés peuvent aussi faire partie d’une nouvelle voiture, d’un avion ou d’une bicyclette.

Renseignez-vous auprès de votre municipalité pour savoir ce qui peut être recyclé dans votre région.

Papiers et cartons

 

Les produits issus du papier constituent 71 millions de tonnes de déchets municipaux aux États-Unis. Ainsi, de cette quantité, plus de 63 % (45 millions de tonnes) sont recyclés annuellement.

 

Les articles acceptés sont :

  • Papier de bureau
  • Magazines
  • Carton aplati
  • Journaux
  • Boîtes de céréales plates
  • Courrier postal
  • Papier carton
  • Emballages repas

 

Transformation :

Le papier collecté pour le recyclage est trié et acheminé vers une papeterie. De là, la pâte est créée, puis tamisée, nettoyée et transformée en papier neuf.

 

Verre

 

En raison de son poids et de sa densité, le verre est un composant majeur des déchets ménagers. Ainsi, chaque tonne métrique de verre recyclé permet d’économiser près de 700 livres de dioxyde de carbone libéré dans l’atmosphère.

 

Les articles acceptés sont :

  • Contenants et bocaux pour aliments
  • Bouteilles de boissons gazeuses et de bière
  • Bouteilles de vin et de liqueur

 

Transformation :

Le verre est pratiquement recyclable à l’infini et peut être transformé en un nouveau contenant de verre sans perte de qualité. Par ailleurs, cela permet de conserver les matières premières, de réduire la consommation d’énergie et les déchets envoyés dans les décharges.

Les centres de recyclage fonctionnent plus efficacement que jamais. Cependant, certains « criminels » peuvent ralentir le processus ou contaminer la cargaison.

 

Pour en savoir d’avantage sur la gestion des déchets et le recyclage, nous vous conseillons l’article Réduisez vos déchets.

Réduisez vos déchets avec des habitudes simples

déchets - recycler

Nous produisons tellement de déchets, que la plupart d’entre eux aboutissent dans des décharges, des océans et encombrent la planète. Aujourd’hui, tout est jetable, plus grand, meilleur et plus rapide.

Un être humain produit 2,86 kilos de déchets PAR JOUR. Deux kilos par jour, revient à 761 kilos par année, soit près d’une tonne pour une seule personne. Vous voulez réduire vos déchets ? Suivez ces quelques pas que Fabrique21 vous propose.

 

1.     Ramassez les déchets de votre quartier

 

L’Ecology Runner a démarré dans le début des années 2007. Le projet est né de l’idée de Sam, alors qu’il regardait tous les déchets le long du sentier du lac Michigan à Milwaukee. Il a simplement remarqué l’énorme quantité de déchets qui s’y trouvaient et a décidé de les ramasser. Après un an, il avait entassé plus de 1820 sacs de déchets.

La façon la plus simple de commencer est de ramasser les ordures dans votre quartier ou d’aller courir dans les environs. Surveillez les déchets recyclables au fur et à mesure que vous les séparez. Obéissez à la philosophie de ne laisser aucune trace. Quand vous êtes dehors, laissez le monde meilleur et plus propre que vous ne l’avez trouvé.

 

2.     APSB (Apportez votre propre sac et bouteille)

 

Lorsque vous allez à Starbucks, vous contribuez aux déchets en achetant des boissons en gobelets. Au lieu de prendre une  paille dans un restaurant, de commander à emporter dans du polystyrène ou de prendre des sacs en plastique, apportez les vôtres. De plus, vous économiserez un peu d’argent avec vos propres sacs, tasses et contenants.

Transporter une bouteille d’eau avec vous. Il s’agit d’un moyen facile de réduire vos dépenses en plastique. Même si de nombreuses bouteilles d’eau sont recyclables, il vaut mieux éviter d’ajouter plus de plastique au cycle. Au lieu de cela, recherchez des bouteilles SIGG, Contigo, Takeya et autres.

 

3.     Achetez des produits en vrac

 

Les produits en vrac nécessitent moins d’emballage. En fait, la plupart des magasins avec des bacs en vrac vous permettront d’apporter vos propres contenants et sacs pour emporter vos achats à la maison. Les sacs en filet réutilisables simples sont parfaits pour transporter les articles du magasin. Une fois à la maison, vous pouvez les ranger dans des bocaux ou des contenants réutilisables.

 

 

4.     Compostez

 

Le compostage est l’une de ces activités qui semblent beaucoup plus difficiles et nuancées qu’elles ne le sont en réalité. Oui, les jardiniers sérieux sont enthousiastes à l’idée de trouver l’équilibre PH parfait pour leur compost et de créer un sol organique riche pour leurs fruits et légumes. Mais si vous n’êtes pas prêt à tout savoir sur le compostage, vous pouvez toujours jeter vos déchets organiques dans un bac à compost. Au bout de quelques mois, vous obtiendrez un compost décent avec du café moulu, des écorces de légumes, des résidus de jardinage et du papier.

 

Pour réduire vos déchets, lisez l’article sur la création de cosmétique bio.

Les EHPAD, engagés dans une démarche RSE

Depuis quelques années, nous assistons à des mutations économiques, sociales en raison de la transition démographique et écologique. Les défis à relever demain concernent la mise en place des actions de développement durable et de responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Sensibles aux conséquences du réchauffement climatique, les EHPAD engagent des initiatives à la fois dans le développement durable et RSE.

Une démarche RSE dans les EHPAD, quelle nécessité ?

Les EHPAD semblent se saisir du sujet de la RSE et du développement durable. Ces sujets intègrent une démarche éthique entre les parties prenantes (salariés, fournisseurs, partenaires, entreprises, etc.). Notamment grâce à un management participatif pour le bien-être des résidents. Il s’agit des actes de bienveillance entre les collaborateurs d’une entreprise.

Par ailleurs, la démarche RSE ou de développement durable est volontaire et consiste uniquement à adopter des pratiques plus responsables qui portent à la fois sur le volet économique, social et environnemental, explique le cabinet RC Human Recruitment. Cette volonté a pour but de fédérer des nouvelles valeurs en faveur d’une meilleure qualité de vie des personnes âgées dans les EHPAD.

Les personnes âgées sont le pilier de la démarche RSE, car elles ont une relation directe avec les professionnels et les soignants (volet social). Elles sont sensibles à leur qualité de vie (volet écologique), et sont les clients des établissements pour personnes âgées (volet économique).

La mise en place d’une démarche RSE nécessite de nouvelle méthode de management qui se traduit par l’amélioration de la qualité de vie, du bien-être des personnes âgées au travail des soignants.

La frontière entre le développement durable et la RSE !

Le développement durable a pour objectif de répondre aux besoins du présent. Elle préserve également les générations futures afin qu’elles puissent répondre à leurs propres besoins. Tous comme la RSE, le développement durable est tourné vers trois points essentiels : le sociétal, l’économique et l’environnemental. Ainsi, la RSE permet aux organisations de mettre en place des démarches de développement durable pour mieux préserver l’environnement.

Les parties prenantes dans une démarche RSE dans les EHPAD !

L’objectif d’une démarche RSE est de donner une place importante aux différents participants. Ils peuvent s’agir d’un groupe ou d’un individu dont la mission est d’accomplir les directives d’une organisation. Ainsi, dans les EHPAD, les parties prenantes comprennent les personnes âgées, les soignants, les dirigeants et les familles des résidents. Cependant, les fournisseurs, les associations ou collectivités locales peuvent également participer à la création de valeurs communes dans les établissements.

Green bear, nouvelle société de Vincent Martet

Après avoir longuement travaillé dans la finance, monsieur Vincent Martet (donc vous pourrez retrouver les activités professionnelles sur son site officiel) est devenu gérant d’une entreprise basée en Pologne et dédiée au développement durable.

Qui est Green bear ?

Green Bear est un opérateur du marché de l’énergie renouvelable qui se concentre sur la recherche, le développement et l’exécution de projets éoliens en Pologne.

Nous supervisons la construction de parcs éoliens à tous les stades du développement – de la recherche d’emplacements adéquats à la construction de la centrale, en passant par la recherche et l’obtention des autorisations administratives.

Notre mission est de développer une industrie énergétique basée sur des sources d’énergie inépuisables. Il s’agit d’une énergie propre, bon marché et respectueuse de l’environnement.

Green Bear respecte les plus hautes normes commerciales et éthiques. Les activités de l’entreprise consistent également à soutenir les initiatives des communautés locales en s’engageant dans des projets sociaux.

Le Green Bear Group a été créé en janvier 2007. L’entreprise est composée de quelques sociétés ad hoc dédiées à des projets individuels. La principale société qui gère les opérations polonaises est Green Bear Corporation Poland Sp. z o. o. o.

L’actionnaire de toutes les sociétés polonaises est Green Bear S. A., dont le siège social est situé au Luxembourg. La société a été créée par des investisseurs privés de différents pays européens (Pologne, Suisse, Luxembourg et France, dont Vincent Martet).

L’équipe de Green Bear est composée de spécialistes expérimentés et qualifiés qui agissent toujours de manière fiable, responsable et engagée.

Activités de l’entreprise

Green Bear est en train d’élaborer un portefeuille de projets éoliens d’une puissance totale supérieure à 800 MW qui sont actuellement à différents stades de développement.

Lors de l’élaboration de nos projets, nous faisons toujours appel à des consultants et des fournisseurs hautement qualifiés et vérifiés, comme Vincent Martet. Il s’agit d’entreprises internationales et de partenaires locaux. Les parcs éoliens sont construits uniquement à l’aide de turbines neuves fournies par les sociétés mondiales les plus expérimentées et spécialisées dans la production d’éoliennes.

En septembre 2007, Green Bear a acquis son premier parc éolien en exploitation en Pologne. La centrale Lisewo de 10,8 MW a été vendue après la renégociation réussie des principaux contrats de négoce et de crédit. Le parc éolien demeure sous la gestion de Green Bear.

En 2012, Green Bear a achevé avec succès la construction d’un parc éolien de 48 MW situé dans la province de Kujawsko-Pomorskie, qui avait été vendu en 2010 à une importante entreprise du secteur des énergies renouvelables.

L’énergie éolienne

La poursuite des progrès de la civilisation entraîne une demande croissante d’électricité. L’utilisation des ressources naturelles pour sa production (charbon, pétrole et gaz) a un impact significatif sur l’environnement, rappelle Vincent Martet. De plus, les sources d’énergie conventionnelles sont limitées et épuisables. Au fur et à mesure que le développement technologique progresse, les sources d’énergie naturelles renouvelables (RES), telles que le vent, le soleil et l’eau, ont commencé à être utilisées plus efficacement.

La puissance éolienne est la source d’énergie renouvelable la plus utilisée. L’énergie produite par le vent est convertie en énergie électrique à l’aide d’éoliennes.

L’industrie éolienne est également l’un des secteurs industriels qui se développe le plus rapidement. Fin 2013, la puissance totale des éoliennes installées était de 318,1 GW (+12,5% par rapport à 2012).

En Europe, la puissance totale installée à fin 2013 était de 121,5 GW, dont seulement 3,4 GW installés en Pologne.

La politique environnementale de l’Union européenne suppose une augmentation progressive de la part de l’énergie produite par les installations SER et un développement de toute l’industrie connexe. La Pologne, en tant qu’État membre de l’UE, est tenue de se conformer aux exigences prévues par la législation communautaire.

La politique énergétique polonaise part du principe que la part des énergies renouvelables dans le bilan énergétique intérieur atteindra 15 % d’ici 2020 et que ce ratio augmentera au cours des années suivantes. Jusqu’ à 45% de l’énergie renouvelable en Pologne est censée être produite par des parcs éoliens. Un autre aspect important est le respect par la Pologne des obligations en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La nécessité de respecter ces obligations et le souci de l’environnement encouragent les investissements dans ce domaine en Pologne. De nombreux projets sont actuellement en cours d’exécution et de nombreux projets sont en préparation, comme celui de Vincent Martet.

Je fabrique mes cosmétiques bio

cosmétique

Lorsque l’on développe une conscience écologique se pose la question non seulement des emballages, du trie sélectif mais aussi, et plus généralement de notre mode de consommation et de l’impact que cela a sur la planète.

Le DIY pour tous

C’est dans cette dynamique que le DIY, comprenez “Do It Yourself “fait un tabac auprès des consommatrices écolos.

Que ce soit pour fabriquer ses produits ménagers ou encore ses propres cosmétiques, les tutos fleurissent de plus en plus sur le web.

Il est désormais facile de trouver non seulement des recettes simples à réaliser mais les matières premières nécessaires sont tout aussi simple à trouver.

L’avantage du DIY est triple. Il a tout d’abord un intérêt économique évident, en effet le fait de fabriquer seul ce dont on a besoin va vous faire faire des économies non négligeables sur le long terme.

Il permet aussi de réduire de manière significative les déchets. La réduction des déchets est bon pour tous et peut être mesurée très rapidement.

Enfin vous contrôlez ce que vous utilisez. Les étiquettes des produits vendus dans le commerce sont de plus en plus incompréhensibles tant elles contiennent de substances chimiques et souvent nocives pour la santé et l’environnement.

De cette manière, il est assez simple de fabriquer des produits de qualités, efficaces et bien entendu biologiques pour le plus grand plaisir de tous.

La vogue des cosmétiques faits maison

L’utilisation de cosmétiques représente un budget certain pour les foyers, c’est pourquoi ce secteur a été l’un des premiers à offrir le plus de petites recettes faciles et pratiques pour une fabrication artisanale.

Toutes les alertes concernant les perturbateurs endocriniens présents dans les cosmétiques conventionnelles ont poussées de plus en plus de consommatrices à se tourner vers la cosmétique bio, et à fortiori à se lancer dans le DIY.

En tête des produits à faire soi-même on trouve les masques capillaires.

Les masques pour les cheveux, font partie des produits de soin relativement cher. Les faire soit même représente donc une réelle source d’économie.

Notre recette de masque maison :

Mélanger dans un bol

  • 2 cuillères à soupe d’huile de ricin
  • 2 cuillères à soupe d’huile de coco
  • 1 cuillère à soupe de miel
  • 1 jaune d’œuf

Mélangez soigneusement le tout et appliquez sur cheveux mouillés. L’huile de ricin étant une huile un peu collante ne soyez pas surpris par la texture de ce masque.

N’hésitez pas à passer un peigne pour répartir le masque sur l’ensemble de vos cheveux.

Laissez poser ensuite le masque au moins ½ heure avant de shampouiner et de rincer soigneusement.

Pour décupler l’action du masque vous pouvez tout à fait appliquer un film alimentaire sur vos cheveux que vous recouvrez ensuite d’une serviette chaude.

Ce masque est une réelle merveille pour tous les cheveux secs et dévitalisés. Il va les nourrir et leur apporter douceur et souplesse.

Vous pourrez constater que ce masque maison n’a rien à envier aux plus grandes marques de produits capillaires et qu’il peut se vanter de ne contenir aucun ingrédient tendancieux ni emballages inutiles.

Comment choisir un bac à compost ?

Un composteur se choisit en fonction de la surface de votre jardin. Vous pouvez tenir compte de la contenance également, selon la quantité de déchets que vous produisez par jour et de la place que vous avez dans votre jardin ou sur votre balcon.

Le compost arrive à maturation au bout de 6 mois, si vous voulez que ce soit plus rapide, vous pouvez choisir le modèle rotatif. Par contre vous devez savoir que la contenance est limitée à 150 litres.

Alors comment choisir son bac à compost ?

Qu’est –ce que le compost ?

Grâce au compost, vous enrichissez votre sol et vous apportez des nutriments écologiques à vos plantes, arbres et fleurs. S’il est réussi, il aura cette odeur de tourbe ou de terre, et sera de couleur sombre.

Liste des déchets pour le compost :

  • épluchures et restes de fruits et légumes (lavés)
  • coquilles d’œufs
  • marc de café et filtre en papier
  • pain
  • fleurs fanées
  • mauvaises herbes sans traitement chimique et non porteuses de graines, déchets du jardin non traités, plantes non malades
  • sachets de thé et infusion (sans l’agrafe)

Quelle matière

Si vous recherchez le côté économique, le bac en bois ou en plastique coûte seulement 50 euros. Attention votre jardin ne doit pas dépasser les 500 m2, car le composteur va contenir de 400 à 600 litres. Pour le bois, il est préférable de choisir la mention « FSC » pour la provenance de forêt cultivée et non de la déforestation.

Le composteur en kit, économique et écologique peut atteindre les 5000 litres. Comptez entre 40 et 140 euros, sachez que les planches ne sont pas fournies mais si vous en avez, c’est un bon moyen de faire du recyclage

Quel système ?

Pour une utilisation simple, le fut à compost est fait pour vous. C’est un composteur démoulable, vous allez donc choisir sa taille selon votre force pour effectuer cette manœuvre et pour le soulever. C’est un modèle aéré, qui permet d’éviter les mauvaises odeurs.

Le compost de tas est pratique puisque vous n’avez pas à utiliser de composteur. L’inconvénient est qu’il va être touché par les intempéries et les oiseaux viendront picorer.

Le composteur rotatif permet de faire du compost ¨express¨ et son prix est plus élevé, à partir de 160 euros.

Où installer son bac à compost

En intérieur ou sur un balcon avec une quantité de déchets limitée, vous avez le vermicomposteur, comme son nom l’indique des vers de culture permettent la décomposition des déchets. Vous aurez des frais supplémentaires pour l’achat des vers, un mélange chaulé et un matelas humidificateur seront peut-être nécessaires. Vous prendrez des vers tigres ou vers du fumier avec la quantité de 500 g de vers pour 2 à 3 personnes, 1kg pour 4à 6 personnes et 1,5 kg au-delà de 6 personnes. Il est important de les préserver des températures extrêmes donc tenez compte de l’isolation thermique de votre composteur.

Fabriquer son composteur

Vous pouvez aussi fabriquer votre composteur avec des palettes en bois résistant et du fil de fer. Vous le placez au sol directement. Au fond, de la paille et des feuilles vont servir d’isolation. Un bac en dessous vous servira à récupérer le compost et le tour est joué.

Sachez que dans tous les cas une bonne aération et isolation sont primordiales. Vous devez avoir un accès facile pour votre dépose de déchets au quotidien. Tenez compte du nombre de déchets que vous produisez par jour et n’oubliez pas que le voisin ne doit pas être gêné par le composteur, surtout d’un point de vue esthétique. Vous pouvez le couvrir de plantes grimpantes par exemple ou un abri en bois sera une bonne solution.

 

 

Maud Fontenoy : les raisons d’y croire

 

Elle navigue depuis sa plus tendre enfance, elle est même devenue la première femme à traverser le Pacifique à la rame et sans assistance. Sportive accomplie, mère de famille, Maud Fontenoy trouve également le temps de s’engager politiquement, d’écrire des livres, de produire ou de présenter des documentaires ou des émissions de télévision.

Rappelons que Maud Fontenoy est à l’origine de plusieurs ouvrages, dont l’un intitulé « Les raisons d’y croire », un livre surprenant parce que l’on s’attend à découvrir des histoires de navigatrices et c’est en réalité très différent.

Son ouvrage « Les raisons d’y croire »

Maud Fontenoy : « J’ai écrit beaucoup de livres sur la mer, j’ai un amour très profond pour les océans. Dans ce livre j’essaie plutôt de porter un message différent sur l’écologie, je crois qu’il y a une vraie urgence à agir et je ne me reconnais pas complètement dans le discours des écologistes classiques dans un discours culpabilisant et alarmiste qui va être souvent instrumentalisé politiquement particulièrement fixé sur l’émotionnel et sur la peur. J’essaie donc dans ce livre de rappeler toutes les raisons que l’on a d’y croire dans plein de domaines qui peuvent être des sources de solution et d’innovation et qui peuvent peut-être nous aider à sortir de cette crise écologique. »

Avant de parler de la totalité du livre, il est important de rassurer les passionnés des histoires maritimes de Maud Fontenoy. Cette dernière parle de sa vie en tant que navigatrice mais elle est exploitée différemment en racontant un petit peu ce qu’elle a vu. Les océans sont-ils si mal en point que ça ?

Maud Fontenoy : «  Dans ce livre, je ne peux pas m’en empêcher, dans chacun de mes ouvrages je parle de la mer parce que c’est les trois quarts du globe, parce que c’est également 22 000 médicaments (sujets qui ont fait l’objet de plusieurs tribunes dans valeurs actuelles), c’est l’oxygène que l’on respire qui vient des océans. On parle des énergies, ce sont les énergies de demain que l’on va développer dans les fonds sous-marins. C’est également des métaux rares, c’est également la nourriture que l’on mange et aujourd’hui quand on a la chance comme moi de les fréquenter en long et en large, on voit bien sûr la fonte des glaces au nord et au sud, on voit la perte en poissons mais on voit aussi la pollution. Et quand on est dans les 50ème hurlants et qu’on croise par hasard un frigo flottant entre deux eaux, on se dit forcément qu’il y un problème et qu’il y a surtout un lien entre nos activités terrestres et les conséquences que cela peut avoir sur le globe. »

La France est un pays de mer, un pays de littoral. Comment cette richesse est-elle utilisée ?

Maud Fontenoy : « La France a la chance d’être la deuxième puissance maritime parce qu’elle a de la mer grâce à son Outre-mer, elle a donc la chance d’avoir une autorité sur un très large domaine maritime. Aujourd’hui malheureusement, la mer à 60% est sans gouvernance c’est-à-dire qu’on peut y prendre ce que l’on souhaite sans rendre de compte à personne. Donc aujourd’hui il y a vraiment besoin qu’on légifère sur ces ressources maritimes et qu’on fasse comprendre ça au plus grand nombre et notamment aux enfants. C’est ce que je fais au sein de ma Maud Fontenoy Foundation en travaillant vraiment sur l’éducation, on a des programmes éducatifs dans les primaires, collèges, lycées pour ramener le lien entre aimer son environnement. Il faut qu’on arrive à réconcilier l’homme et son environnement.

Passons à un autre sujet : le gaz de schiste. Je suis favorable à la recherche comme 70% des français lors d’un sondage. Il faut faire de la recherche pour savoir de quoi on parle en France et d’autre part pour rassurer ceux qui nous regardent. Le gaz de schiste aujourd’hui c’est le gaz naturel qu’on utilise tous les jours. C’est du gaz classique sauf qu’on va le chercher un peu plus profondément. Il a été controversé car les techniques pour aller le chercher ont été polluante et moi ce que je souhaite c’est qu’on élabore des techniques non polluantes ce qui est le cas aux Etats-Unis ou Canda où ils y sont en train d’y réfléchir. Il y a eu des erreurs qui ont certes été faîtes et aujourd’hui cela a permis de créer un million et demie d’emplois, celle a permis aux Etats-Unis d’être le seul pays au monde à faire baisser de 400 millions de tonnes leurs émissions de CO2, à revenir à des taux d’il y a 22 ans en arrière, cela a fait baisser la facture énergétique de ce pays avec un coût du gaz qui est 4 fois inférieur à celui de la France donc cela peut aussi être source de solutions. Ce que j’essaie de dire dans ce livre c’est que dans chaque sujet qui sont souvent tabous, dont on ne parle pas assez, il y a des faits, il y a des rapports, il y a des études scientifiques qu’il faudrait mettre en avant avant de surfer sur des peurs ou des idées reçues toutes faîtes.

L’écologie, c’est un combat qui me tient au cœur depuis plus de 15 ans. Il y a plein de façon d’agir. Il y en a qui agissent au quotidien chez eux, d’autres dans le cadre associatif comme je le fais au sein de ma Maud Fontenoy Foundation depuis longtemps et c’est par le biais des documentaires, des médias, des livres. L’éducation, c’est primordial. Aujourd’hui mon premier combat c’est d’essayer de faire comprendre à l’Education Nationale combien c’est un sujet important et combien l’écologie doit être transversale à l’ensemble des matières autant qu’en politique elle devrait être transversale à l’ensemble et des partis et des ministères. »

Source

Comment préparer un repas de fête écologique?

Repas de fête écologique Lidl

Si vous organisez votre propre repas de fête pour le Nouvel An, vous économiserez de l’argent. Vous serez également en mesure de mieux contrôler l’impact environnemental de votre soirée, de l’envoi d’invitations par courrier électronique à la prévention des déchets alimentaires et papier provenant des bars et des restaurants. Adoptez les bons gestes écologiques dès maintenant !

Des verres en papier vs. plastique

Une fois que vous avez décidé d’avoir tout le monde pour le grand événement, vous devrez trouver un moyen de les garder tous nourris et hydratés – sans se retrouver avec une pile de gobelets en plastique gaspillés. Recherchez des marques qui produisent des verres en papier recyclé – comme celles de Treecycle qui fabrique des assiettes et des tasses biodégradables à partir de fibres de canne à sucre – et assurez-vous de les composter après la fête. Encore mieux, si vous ne possédez pas assez de porcelaine et de verrerie pour tous vos amis, louez-en: ils sont plus beaux et ils sont réutilisables.

Satisfaire les appétits

Vos invités auront besoin de nourriture pour contrer les effets de toutes ces boissons. Restez simple avec une variété d’entrées faciles, de salsa maison ou d’houmous et de plateaux de fruits et légumes frais – avec des ingrédients biologiques cultivés le plus près possible de chez vous. Privilégiez les producteurs locaux c’est bon pour la planète et pas plus cher ! Achetez des crédits carbone pour équilibrer les frais d’expédition.

Versez quelques boissons vertes

Offrez à vos invités un super repas de fête avec des cocktails écologiques – que ce soit de la vodka biologique mélangée avec du jus de votre verger local, de la bière artisanale locale ou du vin biodynamique. Ou créez vos propres cocktails !

Décorez de façon responsable

Essayez de faire vos propres décorations en matériaux recyclables, des lanternes de canettes de soda aux flocons de neige en plastique; Pour un look plus élégant, assemblez les centres de table et placez des décors élégants et écologiques.

Trinquez avec des bulles biologiques

Le champagne a longtemps été la boisson des occasions spéciales, que ce soit des anniversaires, des réceptions de mariage, ou des offres d’emploi. Trinquez avec du champagne et du crémant à base de raisins biologiques et sans ajouts synthétiques, puis assurez-vous de recycler (ou de réutiliser!) vos bouteilles.

Prenez quelques résolutions

Beaucoup des mêmes résolutions que nous prenons année après année – perdre du poids, manger sainement, arrêter de fumer, s’organiser – ne sont pas seulement bonnes pour vous: elles sont également bonnes pour l’environnement.