Tout le domaine du possible du fluo avec les peintures acryliques fluorescentes

La décoration fluorescente est un thème qui emprise l’esprit de chacun, que ce soit les particuliers ou les organisateurs évènementiels. Cette pratique devient de plus en plus courante en conséquence pour que les professionnels de la conception de ces effets multiplient les articles accueillant cette technologie de surbrillance colorée au contact d’une lumière noire et des UV. Les peintures sortent de ce cadre puisque celles-ci permettent de vraiment créer l’ambiance sur n’importe quel support. Qu’il s’agisse d’un T-shirt, d’un mur, d’une banderole et bien d’autres encore, la peinture fluo est l’indispensable à avoir pour qu’à votre tour, vous allez vous exprimer le fluo librement n’importe où et n’importe quand.

Un large choix de peinture et d’utilisation

Dans la catégorie des peintures fluorescentes, d’ailleurs dans toutes les autres comme les modèles phosphorescents ou aérosols, les couleurs abondent dans les rayons. En effet, les fabricants se lâchentsur ces articles de décoration créatifs pour que les amateurs du fluo puissent jouir parfaitement de toutes les possibilités à leur disposition. Presque toutes les teintes qui s’affichent agréablement en mode fluo sont disponibles. Les utilisations se ramifient en conséquence puisque l’esprit créatif peut se mettre en œuvre à travers les mariages et même les mélanges de couleurs fluo pour ressortir des teintes originales.

Guide de l’utilisation des peintures fluorescentes

Les peintures fluorescentes demandent des applications spécifiques pour que le rendu final soit ce qui a été attendu. Pour les supports mobiles, les préparations ne sont pas nécessaires. Toutefois, des essais sont à faire valoir pour ne pas abimer autant d’articles. Les manœuvres sont pourtant nécessaires si l’application se fait sur un mur. Une sous-couche est à réaliser en amont, de préférence de teinte blanche. Le choix du matériel de projection dépendra de tout un chacun. Il sera important seulement de bien doser les diluants à mélanger avec la peinture.

Ébranchage d’un arbre : les principaux conseils que vous devez absolument suivre

L’ébranchage d’un arbre est une opération très délicate, autant pour l’élagueur que pour les autres personnes pouvant circuler non loin du végétal. Pour réussir cette opération, quelques conseils que vous devez suivre les recommandations livrées dans cet article.

Assurez votre sécurité et celle des autres

Lorsqu’un professionnel tel que cet élagueur expérimenté dans le 37 doit procéder à un ébranchage d’un arbre, il vise avant tout à sécuriser sa personne, celle de son équipe celles de toutes les personnes susceptibles d’être blessées par la chute de la branche. À cet effet, des dispositions particulières sont prises par les équipes d’élagueur pour sécuriser les lieux se trouvant à proximité du végétal à entretenir. Il est même possible qu’ils demandent aux voisins de déplacer certains de leurs biens s’ils estiment que les bois coupés risqueraient de tomber dans la cour de ces derniers.

Si vous procédez vous-même à la coupe de branches, pensez à vous équiper convenablement. Le port d’un casque de protection est indispensable. Cet équipement vous protègera en cas de chute de branche incontrôlée. Il en est également ainsi du port de gant et de combinaison adaptés.

Veillez également à assurer votre stabilité lorsque vous montez sur un arbre et principalement lorsque vous commencez à couper une branche avec une tronçonneuse. Pour y arriver, les élagueurs professionnels se tiennent généralement sur le côté gauche du tronc et se placent de manière à obtenir un angle de 45 degrés avec celui-ci.

Avant de commencer l’élagage proprement dit, il est toujours recommandé de vérifier si vous pouvez procéder à l’ébranchage sans qu’il soit besoin que vous vous déplaciez.

Contrôlez en permanence vos mouvements

La tronçonneuse doit être tenue de manière à ce que lorsque vous déplacez vos pieds, le guide-chaîne se trouve toujours à l’opposé du tronc. Dans tous les cas la stabilité de la chaîne doit être assurée en cas de déplacement.

La tronçonneuse se tient également par les deux mains si vous devez bouger sur une courte distance. Il n’y a rien de plus dangereux que de tenir cet outil avec une seule poignée lorsque vous êtes sur un arbre. Dans le cas où vous devez parcourir une certaine distance sur la branche, n’oubliez pas de mettre le frein. Dans tous les cas, le matériel doit être transporté par la poignée avant.

Évitez de soulever fréquemment la tronçonneuse

La tronçonneuse ne doit être soulevée que si vous êtes vraiment obligée. Compte tenu de son poids, et pour que vous soyez toujours en sécurité tout au long de l’opération, il est indispensable de l’utiliser tel un levier. Le corps du matériel doit impérativement donc se reposer sur le tronc. Si vous disposez d’une tronçonneuse de 13 à 15 pouces, ce serait l’idéal. Vous resterez toujours en appui lors de l’élagage avec un guide-chaîne moins long.

Gare aux rebonds et pincements !

Le fait de couper la branche avec le nez du guide-chaîne favorise les rebonds et est très dangereux pour l’opérateur. Pour ne pas prendre de risque, il est toujours indispensable de bien tenir les poignées de la tronçonneuse de manière à ce que vos doigts et vos pouces se rejoignent. Pour un meilleur confort, pensez également à faire correspondre les dimensions de l’arbre avec celles de votre outil de travail.

Le guide-chaîne peut être pincé par le poids du bois à enlever. Pour éviter les pincements, détectez d’abord la tension des branches et utilisez votre tronçonneuse uniquement du côté opposé de la branche.

Dans le cas où vous confiez ces travaux à un professionnel, n’oubliez pas de comparer préalablement les offres 4 à cinq élagueurs et vérifiez s’ils disposent d’une longue expérience en la matière.

 

Éclaircie des arbres fruitiers : tout ce que vous devez savoir

Pratique ancienne et perpétuée au fil du temps, l’éclaircie des arbres fruitiers se traduit par la suppression des fruits considérés comme excessifs sur le végétal. Cette technique a un double objectif. En premier lieu, elle permet d’améliorer la qualité de la récolte. En second lieu, elle réduit l’épuisement de l’arbre. Vous trouverez donc à travers cet article toutes les informations par rapport à l’éclaircie des fruitiers.

Pour quelles raisons est-il indispensable d’éclaircir les arbres fruitiers ?

Lorsque vous procédez à une éclaircie des arbres fruitiers, vous devez enlever les fruits en surnombre pendant qu’ils sont encore jeunes. Pour les non-initiés, cette pratique pourrait donner lieu à des incompréhensions d’autant plus qu’elle est contradictoire à l’objectif de récolter un grand nombre de fruits lors de la cueillette.

Pourtant, il a été prouvé qu’éclaircir les arbres fruitiers procure des avantages considérables notamment la possibilité de cueillir des fruits de taille plus grande, plus goûteux et plus réguliers. Procéder à l’éclaircie des arbres fruitiers renforce également la santé des fruits, car n’étant pas à l’étroit et en contact, il n’y a pas de risque de contamination en cas de maladie. Éclaircir ce type d’arbre est aussi une technique efficace contre le phénomène de l’alternance. Dans le jargon, l’alternance se traduit par une inconstance des récoltes au fil des années.

À part cela, il faut préciser que sans une éclaircie, les branches se casseront si elles portent un grand nombre de fruits.

Pour éclaircir vos arbres fruitiers, il est conseillé de faire appel à un expert tel que cet élagueur professionnel dans le 60. Expérimentés et disposant des compétences techniques pour réaliser à la perfection ces travaux, il vous garantira des services de qualité et un entretien de vos arbres selon les règles de l’art.

À quel moment devez-vous procéder à l’éclaircie d’un arbre fruitier ?

Naturellement, les fruits en surnombre tombent pendant les mois de mai et de juin. C’est ce qu’on appelle chute physiologique. Immédiatement après cette dernière, procédez une première fois à la l’éclaircie de vos arbres fruitiers. Pendant cette période, les dimensions des fruits ne dépassent pas le 1 à 1,5 mm. Priorisez alors la suppression de ceux qui sont malades, ceux qui connaissent une malformation ou sont trop petits. Une deuxième intervention doit ensuite être effectuée lorsque la taille des fruits atteint les 30 mm.

Vous devez savoir que la réalisation d’une éclaircie est indispensable pour les végétaux de basse-tige ainsi que les fruitiers appuyés contre un espalier. Vous ne devez donc jamais éclaircir un prunier ou un cerisier. Par contre, l’éclaircie d’un poirier et d’un pommier est incontournable.

Comment procéder à l’éclaircie des arbres fruitiers ?

Que la technique soit effectuée à la main ou à l’aide de matériels mécaniques, le principe reste le même : il vous faudra couper les pédoncules des fruits en surnombre à l’aide d’un sécateur préalablement nettoyé et stérilisé. Comme il a été déjà expliqué plus haut, ce sont les fruits malades ou mal formés qui doivent être supprimés en priorité. Cela ne vous empêche pourtant pas d’ôter ceux qui sont en bonne santé si vous considérez qu’ils sont trop à l’étroit.

Selon le type d’arbre, il y a aussi des techniques spécifiques. Pour les poiriers, par exemple, vous pouvez préserver 2 poires par bouquet si vous êtes certain qu’elles ne se toucheront pas. Pour éclaircir un poirier, vous devez enlever les fruits se situant au milieu et ceux en périphérique sont épargnés.

Pour un pommier, la technique est l’inverse de celle du poirier. Ce sont ceux situés en périphéries qui sont ôtés pour mieux assurer le développement des fruits centraux.

La brosse à dents en bambou, de nombreux avantages

Ces dernières années, les gens ont commencé à faire attention aux produits qu’ils consomment au quotidien. Les aliments qu’ils mangent, les produits de beauté qu’ils appliquent sur leur peau… Des nouvelles problématiques écologiques et santé apparaissent de plus en plus. Mais encore trop peu de personnes font attention à leur brosse à dents. Un dentiste de Montpellier explique les bienfaits de la brosse à dents en bambou. Continue reading « La brosse à dents en bambou, de nombreux avantages »

Au quotidien, prendre soin de soi avec des produits naturels

À l’ère où les produits cosmétiques et alimentaires inondent les rayons des supermarchés, leurs effets ne sont pas toujours positifs sur la santé. Ce n’est pas étonnant que la tendance  » bio  » prenne de plus en plus d’ampleur. Les produits naturels peuvent en effet nous aider à prendre soin de notre corps et à maintenir notre santé, sans avoir des impacts négatifs sur notre santé. Pour préciser les choses, il faut jeter un œil sur l’efficacité des remèdes de nos grands-mères qui sont toujours aussi efficaces à travers le temps. Même les médecins recommandent de plus en plus l’utilisation de ces produits.

Adopter l’huile d’ortie pour soulager et traiter diverses maladies

L’huile d ortie est parmi les produits naturels qui suscitent en premier notre attention, notamment pour ses innombrables bienfaits. Pouvant soulager de nombreux maux, elle peut à la fois être utilisée en application sur le corps ou en consommation. On peut l’ingurgiter pour soigner les ulcères d’estomac, réduire le taux de glucose dans l’organisme, purifier le sang, stimuler la circulation sanguine, etc. À rappeler qu’elle a aussi des vertus diurétiques. Pour ce qui est de ses autres utilisations, cette huile permet de prévenir les chutes de cheveux, de les fortifier et de lutter contre les pellicules. Les ulcères dermiques et le rhumatisme peuvent aussi être traités par le biais de cette huile d’ortie.

Se focaliser sur les aliments et les compléments alimentaires naturels

Un des meilleurs moyens pour prendre soin de sa santé est d’utiliser des produits qui sont à portée de main, notamment les légumes et les fruits. Mangés crus ou cuits, ils peuvent apporter d’infinis bienfaits pour la santé. Par ailleurs, on peut aussi utiliser les fruits et légumes comme ingrédients principaux des produits de beauté (gommage maison, cire dépilatoire, anti-fatigue, etc.). Les compléments alimentaires naturels sont également très intéressants dans la mesure où leur processus de fabrication répond à des principes stricts permettant de conserver au maximum tous les éléments nutritifs et les principes actifs de la matière première, regorgeant généralement de vertus.

Produits naturels : aussi bien pour la beauté que pour la santé

Compléments alimentaires, infusions, fruits et légumes, il existe mille et une façons de prendre soin de soi de façon naturelle. Que ce soit pour soigner l’aspect extérieur du corps et traiter des maladies internes, les produits naturels sont performants et leurs effets concrets sur la santé ont été bel et bien prouvés. Cela dit, une bonne hygiène de vie s’impose également afin de profiter au mieux des meilleurs résultats. Citons en premier la réalisation d’activités sportives, au moins une fois par semaine. La marche est déjà un grand pas. Il est aussi très important d’avoir une bonne nuit de sommeil, non seulement pour refaire le plein d’énergie, mais également pour maintenir la forme.

Tri des déchets : des consignes plus simples pour Paris

Entre bac jaune, vert etc… il est parfois difficile de trouver celui dans lequel on doit mettre ses déchets. On remarque d’ailleurs que malgré les consignes données par les autorités, certains ménages ont encore du mal à faire le point sur cette démarche qui leur paraît fastidieuse. Afin de remédier à ce problème et faciliter le traitement des déchets, les autorités parisiennes ont établi de nouvelles consignes de tris. Quelles sont-elles et pourquoi les appliquer ? Explications.

Le recyclage mis à l’honneur

Dans un contexte général, le recyclage des déchets est effectué à hauteur de 39% au sein de l’hexagone. Pour ce qui est de Paris par contre, cette dernière n’est que de 20% parmi tous les déchets ménagers que l’on retrouve dans les bacs. C’est dans l’optique de réduire cet écart voire d’augmenter le taux de recyclage dans la région parisienne que les autorités ont apporté de nouvelles consignes de tri des déchets. Mis en vigueur en début d’année, ce dispositif devrait s’étendre sur tout le territoire français d’ici les trois années à venir. Cette harmonisation aurait alors pour conséquence d’augmenter la pratique de recyclage dans toute la France. Le même dispositif serait d’ailleurs déjà en vigueur dans l’Essonne ainsi que la Seine-Saint-Denis.

Des changements concernant le bac jaune

Comme l’indique le site référence en tri sélectif des déchets http://www.poubelle-tri-selectif.fr, c’est le bac jaune qui est affecté par ce changement. La consigne aurait pour base un élargissement des déchets que l’on peut mettre dans le bac jaune réservé aux emballages. Quant aux demeures qui n’y ont pas accès, certaines disposition sont également prises par la Mairie Parisienne afin de faciliter le tri des déchets de ce genre et favoriser le recyclage.

Que peut-on y mettre ?

D’après ce dispositif, le bac jaune peut désormais être utilisé pour sauvegarder tous les emballages. Cela inclut ceux en papier, en carton, en plastique mais également en métal. Notons qu’il s’agit uniquement des emballages et que les bouteilles, les bocaux et les pots en verre sont toujours à mettre dans le bac blanc. Les emballages doivent bien-sûr être vidés (dans le bac vert) avant d’être disposés en vrac dans le bac jaune. Grâce au trieur optique du Syctom, les emballages en plastiques pourront être catégorisés en fonction de leur type de manière automatique. Les ménages n’auront donc plus à effectuer cette tâche en vue de faciliter le recyclage.
D’un autre côté, le bac jaune ne pourra plus recevoir les petits appareils électroménagers destinés au recyclage. Les ménages devront désormais déposer ces derniers auprès de Point Tri ou tout autre organisme de recyclage dédié à cet effet. Ainsi, plus besoin de passer autant de temps à déterminer quel type d’emballage vous devez mettre dans tel ou tel bac car tous iront forcément dans le jaune désormais.

Qu’en est-il des grands immeubles parisiens sans bac jaune ?

Une grande partie des immeubles parisiens ne peuvent pas disposer de bac jaune compte tenu de leurs petites tailles. Pour les foyers habitant dans ces parties communes trop étroites, la Mairie Parisienne a prévu de disposer des stations « Trilib’ » dans les rues d’ici quelques mois. Certains arrondissements en proposent déjà même si ce n’est qu’en petite quantité. En tout, ce serait plus de 1000 bacs de station Trilib’ que l’on pourrait trouver dans la région parisienne. A noter que ces stations sont de très grandes poubelles où l’on retrouve entre 4 et 6 bacs. Grâce à ce dispositif, le but serait également de réaliser le recyclage d’environ 350 000 tonnes de déchets ménagers dont des matières d’emballages que l’on oublie souvent d’enlever du bac vert.

Comment élaguer et cicatriser un arbre ?

Sachez avant tout que l’élagage est une opération agressive envers un arbre ou un arbuste, il faut donc faire preuve d’une grande prudence en ce qui concerne les parties à élaguer et la manière dont il faut s’y prendre. En effet, la cicatrisation d’un arbre dépendra de la façon dont elle a été élaguée (diamètre de branche, angle de coupe…). Il faut également respecter les périodes idéales pour chaque type de taille pour ne pas affecter l’intégrité de l’arbre. L’élagage doit donc se faire de manière réfléchie.

Les techniques de coupe

Un arbre élagué est plus sujet à des maladies arboricoles. En effet, les parasites peuvent profiter de cette ouverture jusqu’aux termes de sa cicatrisation. Pour éviter les mauvaises coupes, il vaut mieux faire recours à l’aide d’un professionnel tel que cette entreprise d’élagage d’arbre dans le 91. On distingue par exemple, les champignons microscopiques qui envahissent les tissus vivant sur la plaie de l’arbre. Ces champignons vont bloquer la circulation de la sève et provoqueront ainsi des maladies tels que les chancres qu’on peut observer sur certains fruitiers. Il y a également les champignons qui ne s’en prennent qu’aux bois morts. Ce sont les champignons lignivores souvent observés dans les arbres qui ont atteint un âge respectable et créent des trous sur le corps de l’arbre. Ces types de champignons sont très difficiles à traiter une fois installé sur l’arbre.

Une coupe qui atteint 10 cm ne cicatrisera que dans 5 ou 10 ans et entrainera l’affaiblissement de l’arbre. Pour éviter que les parasites s’attaquent à la plaie de votre arbre, il faut respecter un certain angle de coupe. La raison de cette coupe en biais est de permettre au méristème, qui est une cellule régénératrice, de recouvrir facilement la plaie. Il faut donc que la coupe soit précise. Pour cela, il faut aussi de très bons matériels bien aiguisés pour que la coupe soit bien propre et nette. Pour raccourcir une branche afin d’éclaircir un arbre, la technique de coupe avec tire-sève permettra une cicatrisation rapide. En consiste à couper la branche jusqu’au-dessus d’une ramification qui s’appelle tire-sève pour attirer la sève vers la coupe.

L’application des produits cicatrisants

Pour protéger la plaie d’un arbre et accélérer sa cicatrisation, il existe des produits cicatrisants efficaces à base de goudron, de résines, d’huile végétale et autres. L’utilisation de ces produits est vraiment utile pour protéger les grandes plaies. Le mastic est très utile en ce qui concerne la protection de l’arbre contre l’invasion des champignons qui pourraient s’attaquer aux tissus vivants sur la plaie. Cependant, il faut que vous sachiez que cette protection ne dure pas longtemps et doit être renouvelée tous les 3 mois jusqu’à la cicatrisation complète.

Pour appliquer ce cicatrisant, il faut tout d’abord nettoyer la plaie avec de l’alcool et enlever parties de l’écorce qui est morte ou détaché. Cela peut se faire avec une lame, mais évitez de toucher les tissus vivant de l’arbre. Le mastic a pour réputation d’attirer facilement les champignons lignivores. Pour éviter cela, évitez les coupes supérieures à 5 cm pour accélérer la cicatrisation de la plaie. Il faut également éviter d’effectuer des coupes dans les périodes de fin d’été, car c’est à ce moment que les champignons dispersent leurs spores.

 

Japon : La pêche commerciale des baleines reprend en juillet

Les Japonais ne sont visiblement pas sensibles aux pressions internationales, en particulier dans le domaine de la pêche. Le gouvernement a quitté en décembre 2018 le CBI (Commission baleinière internationale).

L’organe international avait interdit la pêche commerciale des mammifères marins en 1986, après la disparition de certaines espèces. Pendant de nombreuses années, les Japonais passaient outre cette interdiction, arguant de pêches soi-disant scientifiques.

Cette fois, ils affirment que manger des baleines fait partie de leur culture. En fait, la pêche est un des piliers de l’économie japonaise.

C’en est donc terminé des pêches commerciales déguisées en pêches scientifiques. Le Japon peut pêcher même des espèces protégées par la CBI, dont les petits rorquals.

Des pêches limitées aux eaux territoriales et aux zones économiques japonaises

Le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, avait tenu à préciser que la chasse commerciale des baleines se limiterait aux eaux territoriales et aux zones économiques japonaises.

En principe, le Japon ne chassera plus dans les eaux antarctiques et dans l’hémisphère sud.

Par ailleurs, selon le gouvernement japonais, la CBI aurait manqué à un de ses engagements, à savoir la chasse commerciale des baleines durable. L’organisme international serait déconnecté de la réalité et serait uniquement obnubilé par le nombre de baleines à conserver.

Un certain nombre de communautés côtières au Japon pratique la chasse des mammifères marins depuis plusieurs siècles. Mais la consommation dans le pays n’a véritablement augmenté qu’après la Seconde guerre mondiale, alors que les baleines constituaient la principale source de viande (et de revenus pour des habitants ravagés par les conflits). Cependant, selon le journal japonais Asahi, la viande de baleine ne constitue que 0.1 % de toutes les viandes commercialisées dans le pays.

Le Japon sous le feu nourri des critiques internationales

Le gouvernement australien fut le premier à réagir, par le biais d’une déclaration conjointe entre la ministre des affaires étrangères, Marise Payne, et la ministre de l’environnement, Melissa Price. Les deux responsables se disent « extrêmement déçues » par le Japon.

Dans la déclaration, les ministres australiennes ne mâchent pas leurs mots : « L’Australie reste résolument opposée à toutes les formes de chasse commerciale ou soi-disant ‘scientifique’ des baleines. »

Nicola Beynon, responsable des campagnes chez Humane Society International en Australie, avait déclaré que le Japon « opérait complètement en dehors des limites du droit international ».

Elle a ajouté : « C’est la voie empruntée par un pays pirate qui chasse la baleine, avec un mépris troublant pour les règles internationales. »

Greenpeace Japon a exhorté le gouvernement à reconsidérer sa décision et a averti qu’il risquerait de se faire critiquer en tant qu’hôte du sommet du G20 en juin. Sam Annesley, directeur exécutif de Greenpeace Japon, a déclaré que la décision japonaise était « en décalage par rapport à la communauté internationale, sans parler de la protection nécessaire pour préserver l’avenir de nos océans et de ces créatures majestueuses. » Retrouvez sur guide-ecofood.fr bien d’autres sujets relatifs à la viande, comme leur choix, l’intérêt d’en consommer moins ainsi que d’autres sujets d’actualité.