Les meilleures alternatives au plastique : l’emballage en carton

emballage en carton

Selon des études, les emballages constituent environ 5% des émissions de gaz à effet de serre d’un produit alimentaire. En ce qui concerne les emballages en plastique, s’ils sont mal recyclés, ils finissent dans la nature et dans l’environnement (l’océan). Si leur empreinte carbone est faible, les emballages alimentaires peuvent être néfastes s’ils sont mal traités ! Continue reading « Les meilleures alternatives au plastique : l’emballage en carton »

Définir ses boucles avec une recette naturelle à base de graine de lin

graine de lin

Une chevelure bouclée est toujours un symbole de glamour et de féminité chez la femme. Souvent indiscipliné, ce type de cheveux n’est pas facile à entretenir afin de garder son aspect naturel. Pour avoir de jolies boucles, certaines femmes ont l’habitude d’utiliser des appareils chauffants. Et pourtant, rien de mieux que des astuces naturelles pour sublimer vos boucles sans les agresser ! Le gel de lin est un produit idéal pour cela. Voici un article à propos de la graine de lin. Continue reading « Définir ses boucles avec une recette naturelle à base de graine de lin »

Pollution due au démaquillage ; optez pour les options vertes

Se démaquiller fait partie d’un processus important pour le soin et la propreté de la peau, mais vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il advient des cotons ou lingettes utilisés ? Les disques à démaquiller sont fabriqués pour un usage unique, les quantités de déchets produits sont donc exagérées. Les dégâts sont préjudiciables à l’environnement, car la plupart de ces produits ne sont pas biodégradables et finissent souvent dans les toilettes, provoquant le colmatage des égouts ou mettant en danger les espèces dans les mers ou les rivières. Pour remédier à ce problème, nous proposons plusieurs options pour remplacer l’utilisation de serviettes démaquillantes et en même temps économiser de l’argent. Continue reading « Pollution due au démaquillage ; optez pour les options vertes »

Que faut-il savoir sur la taille de fructification?

Pour mieux contrôler leur développement, les arbres ont besoin d’un élagage régulier. Ils devront être débarrassés des branches disgracieuses, notamment celles qui sont cassées, mortes ou malades. La taille ne permet pas uniquement de préserver la structure harmonieuse de la plante. Dans le cas des arbres fruitiers, elle optimise la production de fruits. C’est ce qu’on entend par « taille de fructification ». Si sa mise en œuvre n’est pas obligatoire, elle demeure cependant indispensable. Dans cet article, nous partageons avec vous tout ce qu’il faut savoir sur ce procédé. Découvrez !

Pourquoi soumettre ses arbres fruitiers à la taille de fructification ?

Comme nous l’avons mentionnée plus haut, cette technique de taille vise principalement à améliorer le rendement. Les arbres qui en font l’objet produisent des fruits en grande quantité et de meilleures qualités. En débarrassant les végétaux de leurs branches superflues, on favorise l’apparition des bourgeons à fleurs, et donc la fructification.

En outre, la taille de fructification préserve les arbres contre les éventuelles maladies. Elle empêche d’ailleurs leur prolifération. Ils seront désencombrés des branches malades et de celles qui sont pourries. De ce fait, cette taille assure le bien-être du végétal.

Enfin, elle procure à l’arbre une forme structurée. La couronne sera mieux aérée, car les ramures en surnombre ainsi que celles qui poussent vers l’intérieur seront sectionnées.

Néanmoins, il importe de remarquer que la taille de fructification est strictement réservée aux sujets adultes. Les jeunes arbres ne doivent en aucun cas être sujets à cette pratique. Mais pour que cette opération soit réussie, nous vous conseillons de la laisser aux soins d’un élagueur professionnel comme https://www.elagueur-jardinier-06.fr/ .

À quelle période de l’année effectuer la taille de fructification ?

La taille des arbres fruitiers est généralement opérée durant l’hiver. Toutefois, il faudra agir en dehors des périodes de gel.

Il faudra en outre tenir compte de l’espèce de l’arbre pour déterminer le moment propice pour le tailler. L’idéal est par exemple d’effectuer la taille de fructification au cours du mois de février pour les fruitiers comme les poiriers, les pommiers, les abricotiers ou encore les pêchers.

Par ailleurs, les arbres fruitiers ont besoin d’être taillés tous les ans. La taille peut en revanche être moins fréquente en fonction du développement de l’arbre. Ici encore, nous vous encourageons à solliciter les conseils d’un spécialiste en travaux d’élagage.

La taille de fructification : en quoi consiste-t-elle ?

Bien qu’une partie considérable des branches soit coupée, la taille de fructification ne modifie pas l’aspect physique du végétal. Lors de sa mise en œuvre, il faut toujours laisser trois yeux sur chaque branche taillée pour favoriser la fructification. Cette technique se matérialise par la coupe des branches qui se situent au-dessus d’un bourgeon dirigé vers l’extérieur. Procéder ainsi empêche le développement des branches vers l’intérieur de l’arbre.

En outre, retenez que la taille de fructification ne peut être exécutée qu’après le retrait des branches mortes, de celles qui pointent vers le houppier et des fruits qui n’ont pas été cueillis. Ces éléments peuvent en effet nuire à la fructification.

Pour clore les travaux, on vient appliquer du mastic cicatrisant sur les plaies issues de la coupe. Procéder ainsi permet de les protéger contre d’éventuelles infections et des parasites. Pour préserver la santé de vos arbres fruitiers, il est plus prudent de laisser leur taille à la charge d’un élagueur professionnel.

L’élagage des arbres : les informations à retenir

Les arbres sont de bons compromis pour orner son jardin et sa propriété. Ils contribuent à la beauté et à la fraîcheur de la nature. Cependant, au fil des années, de par leur croissance, ils deviennent encombrants. Des fois, d’ailleurs, leur largeur et hauteur ne leur permettent plus de s’épanouir normalement. Ils peuvent également être dangereux pour les usagers ou les gens qui vivent aux alentours, notamment à cause des risques de chutes de branches. Il faudra en effet passer par l’élagage. Les quelques points suivants vous aideront sans doute à éclairer ce point avant de vous y lancer.

Les principes et les conseils efficaces pour réussir l’élagage d’un arbre

L’élagage d’un arbre est une opération indispensable à réaliser pour prendre soin des arbres dans son jardin et aussi un moyen de se prémunir des risques de chutes de branches. Dans tous les cas, il s’agit d’une méthode très délicate et dangereuse qui demande une aptitude particulière et une bonne adresse. Par manque de confiance et de capacité, il n’y a rien de mieux que de se faire aider par un professionnel comme cet élagueur en Hauts de Seine.

Il saura faire les choses suivant les règles de l’art. Généralement, l’élagueur procèdera au traitement des gourmands et des drageons en les coupant au point d’insertion et y pulvériser des inhibiteurs de croissance pour limiter leur apparition. Ensuite, il passera par l’aération de la couronne en coupant les branches mortes, mal orientées, superflues et dangereuses. Concernant les grosses branches, il faudra procéder à la technique de la double entaille. Pour finaliser l’élagage, il est important de soigner les parties coupées notamment avec des produits cicatrisants comme le goudron de Norvège pour faciliter la guérison de l’arbre et ainsi éviter les maladies.

Les périodes favorables pour l’élagage

Généralement, la période idéale pour procéder à l’élagage est la fin de l’hiver. Cette saison procure notamment de nombreux avantages. Notamment, l’arbre est en hibernation et la sève est encore présente, plus précisément dans la partie basse de la plante. Ce qui veut dire que l’arbre supportera plus l’élagage durant cette période. D’autant plus que les parties à couper sont localisées en hauteur. Cependant, tout dépend de chaque espèce d’arbres selon qu’il s’agit de feuillus, conifères, résineux… Encore, si l’arbre est âgé de moins de 10 ans, il est nécessaire de procéder à l’élagage tous les 2 ans. S’il a entre 10 et 20 ans, il faut l’élaguer tous les 4 ans ou 5 ans. Pour ceux qui ont plus de 20 ans, il faudra procéder tous les 10 ans.

Peu importe, il est nécessaire de respecter l’aspect, la personnalité et la nature de la plante. Toutefois, en période de gel, c’est-à-dire que quand les températures descendent à -3 °C, l’élagage peut être risqué, car la guérison peut prendre beaucoup de temps. La cicatrisation peut donc être visible jusqu’au printemps. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’arbre va produire des gourmands qui sont des rameaux qui pousseront sur les parties des branches coupées. Dans ce cas, il faudra penser à un deuxième élagage. La période de forte chaleur est aussi à éviter pour l’élagage, car l’arbre risquerait de se déshydrater.

Prendre ses précautions contre les punaises de lit pendant le voyage

Pour assister à un évènement familial ou une réunion d’affaires, pour profiter des vacances à la plage, pour vos stages de découverte… Voyager devient une pratique courante, notamment avec le développement des moyens de transport actuels. Vous avez alors à passer des nuits hors de chez vous, que ce soit chez un ami, à l’hôtel ou dans une auberge. Continue reading « Prendre ses précautions contre les punaises de lit pendant le voyage »

Éliminer naturellement une souche d’arbre : astuces pratiques

Un propriétaire peut décider d’abattre un arbre sur son terrain pour de nombreuses raisons. L’abattage peut être entrepris pour des questions de sécurité. Parfois, il est réalisé pour le besoin de réaménager l’espace vert. Dans tous les cas, cette opération débouche sur l’enlèvement de la souche. Les élagueurs professionnels ont recours à différents moyens pour ce faire. Néanmoins, on peut se débarrasser des racines de l’arbre abattu naturellement. Justement, nous allons voir comment procéder au dessouchage sans utiliser des produits chimiques.

Pourquoi supprimer la souche de l’arbre ?

La plupart du temps, on abat un arbre dans notre jardin lorsqu’il devient trop imposant, lorsqu’il représente un danger pour autrui ou encore lorsqu’il fait trop d’ombre. Cependant, cette opération ne permet pas de le supprimer définitivement.

En effet, le temps favorise l’enracinement de l’arbre dans le sol. De plus, sa souche devient plus imposante en vieillissant. Un simple abattage ne suffit donc pas pour l’éliminer. Une intervention à part est requise. D’ailleurs, voilà pourquoi il est conseillé de faire appel à cette entreprise d’élagage dans le 91 pour la mise en œuvre de cette tâche. Néanmoins, il convient de rappeler que l’enlèvement de la souche  n’est pas imposé par les règlementations en vigueur.

De nombreuses raisons peuvent pousser le propriétaire à enlever la souche d’un arbre. Dans la majorité des cas, le dessouchage est effectué pour pouvoir exploiter le terrain. C’est le cas lorsqu’on prévoit l’installation d’une nouvelle plantation. Parfois, le retrait de la souche permet de conserver l’esthétique des lieux. Il est en effet évident qu’un bloc de bois coupé au beau milieu du jardin ruinerait sa beauté. Enfin, la souche restée en terre constitue un foyer favorable au développement des champignons et des parasites. Pour préserver la santé des plantes à ses environs, il faut donc la retirer.

Quelles sont les méthodes pour supprimer naturellement la souche d’un arbre ?

On peut avoir recours à plusieurs techniques naturelles pour éliminer la souche d’un arbre. Leur mise en œuvre s’opère facilement. Elles sont d’ailleurs à la portée de tous. Les produits qui seront utilisés sont aussi disponibles sur le marché.

La technique conventionnelle

Il s’agit là de la méthode naturelle de base pour éliminer une souche. Quant à sa mise en œuvre, il vous faudra une perceuse. Au moyen de cet outil, réalisez des trous de 18mm de diamètre à l’intérieur de la souche. Si possible, il faudra veiller à ce qu’ils soient le plus profonds possible. Entre chaque trou, une distance d’environ 10cm devra être laissée.  Les fentes en questions vont recevoir les eaux de pluie. Avec l’alternance du gel et du dégel, la décomposition de la racine se fera rapidement.

De l’ail pour dévitaliser la souche

C’est une variante de la première technique. Concrètement, une gousse d’ail va être glissée dans chaque trou. On viendra ensuite la recouvrir d’un peu de terre. En germant, l’ail libèrera une substance toxique qui stimule la décomposition du bois. L’idéal est de réaliser cette opération vers la fin de l’été lorsque la sève vient se concentrer dans la racine.

Du sel pour dévitaliser la souche

Le principe demeure le même. Mais à place des gousses d’ail, du sel sera introduit dans chaque trou. Il faudra les remplir à ras bord. Puis, on viendra boucher les trous avec de la cire de bougie pour qu’ils ne puissent pas être accessibles à l’eau. Cette opération ne doit avoir lieu que par temps sec. Pour qu’elle soit plus efficace, pensez à recouvrir la souche avec une bâche noire. Procéder de la sorte lui privera de lumière et d’eau.

Supprimer la souche de l’arbre au moyen d’une raboteuse

Malgré leur efficacité, le dessouchage par les moyens cités ci-dessus demande du temps. Il faudra laisser le sel et l’ail faire effet pendant 2 à 4 ans pour que la souche se décompose totalement. Ces solutions devront par la suite être complétées par un dessouchage manuel ou un dessouchage mécanique. De ce fait, si vous désirez détruire une souche le plus vite possible, nous vous conseillons de faire appel à une entreprise d’élagage.

En revanche, vous pouvez utiliser une raboteuse de souche pour la réalisation de cette tâche. Si ne disposez pas d’un tel appareil, sachez qu’il est possible d’en trouver en location auprès des entreprises spécialisées. En l’occurrence, il faudra en moyenne compter entre 250€ et 300€ pour une location journalière. Grâce à cet appareil, la souche sera broyée jusqu’à ce qu’une profondeur de 25 à 40 cm soit atteinte. Un disque à dent tournant à grande vitesse rongera progressivement la racine. Lors de la mise en œuvre de cette solution, le port d’un équipement de protection (des lunettes de protection, des gants et des vêtements adéquats) est nécessaire.