Changement climatique, quel est le bilan de la COP26 ?

cop26 climat derniere chance

Qu’est-ce que la COP26 ?

La COP26 était la dernière conférence annuelle des Nations Unies sur le changement climatique.

COP signifie Conférence des Parties, et le sommet a réuni les pays qui ont signé la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) – un traité entré en vigueur en 1994.

Des gouvernements et des négociateurs du monde entier se sont rendus à la réunion pour discuter de la manière de maintenir la hausse des températures en dessous des niveaux dangereux et d’empêcher la crise climatique de provoquer des catastrophes encore pires pour les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables du monde.

La COP était un sommet de tous les pays qui font partie du traité des Nations Unies sur les changements climatiques, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques ou « UNFCCC ». Il y a 197 membres de ce processus et ils sont connus comme « parties » au traité.

Il s’agissait du 26e sommet de la COP et a été organisé en partenariat entre le Royaume-Uni et l’Italie. La conférence s’est tenue à Glasgow du 1er au 12 novembre 2021, un an plus tard que prévu en raison des retards causés par la pandémie de COVID.

Pourquoi la COP26 était-elle si importante ?

La lutte contre le changement climatique est le plus grand défi auquel notre génération est confrontée et la transition vers une énergie propre est essentielle pour nous aider à atteindre l’objectif d’atteindre le zéro net d’ici 2050. 

Où et quand s’est tenu la COP26 ?

Le site de la COP26 est le Scottish Event Campus (SEC) à Glasgow, en Écosse. La conférence a été réorganisée pour avoir lieu du 31 octobre au 12 novembre 2021 à la suite de la pandémie de coronavirus .

Le Royaume-Uni, en tant que pays hôte, a assuré la présidence de la COP .

Un certain nombre d’événements étaient prévus avant la COP, notamment en Italie, qui co-organise le sommet avec le Royaume-Uni.

Les discussions sur le climat de la COP de Glasgow étaient la 26 e de ces conférences.

Pourquoi la COP26 était-elle importante ?

La COP26 était un moment clé pour que les gouvernements montrent comment ils maintiendront la hausse des températures mondiales en dessous de 1,5 °C, fourniront l’argent promis aux pays en première ligne de la crise climatique et abandonneront les combustibles fossiles.

La COP26 était également la première COP depuis le début de la pandémie de coronavirus et intervient à un moment où les gouvernements planifient comment se reconstruire à partir de la pandémie.

Le pape François a averti que ce serait « un scandale » si l’argent que les gouvernements dépensent pour reconstruire les économies et sauver les entreprises au lendemain de la pandémie « se concentrait sur le sauvetage des industries qui ne contribuent pas à l’inclusion des exclus, le promotion des moindres, du bien commun ou du souci de la création ». Globalement, à ce point de vue, la COP26 a été un échec.

Il n’a, une fois de plus, été possible de faire en sorte que les personnes les plus durement touchées par la crise climatique soient au cœur des discussions de la COP26

Les gouvernements sont obligés de fixer des objectifs plus ambitieux pour mettre fin à leur contribution au changement climatique dans le cadre de l’Accord de Paris. Un certain nombre de pays ont commencé à le faire, y compris le Royaume-Uni .

Les pays se sont mis d’accord pour le faire lors de la COP21, la conférence sur le climat qui s’est tenue en 2015 à Paris. Les engagements climatiques des gouvernements sont connus sous le nom de « contributions déterminées au niveau national » ou « NDC » et sont des engagements pris par les pays eux-mêmes sur l’ampleur des réductions d’émissions qu’ils feront eux-mêmes. 

Les pays se sont engagés lors des pourparlers de Paris sur le climat à travailler pour maintenir la hausse des températures en dessous de 1,5 ° C. Si le monde se réchauffe plus que ce seuil, des millions de personnes supplémentaires dans les communautés les plus vulnérables du monde souffriront de sécheresses dévastatrices, de tempêtes, d‘inondations et d’autres impacts du changement climatique .

cop26 climat

Les promesses de financement climatique doivent être tenues

Les pays riches se sont engagés lors de la COP15, le sommet sur le climat tenu à Copenhague en 2009, à apporter chaque année au moins 100 milliards de dollars de soutien financier aux pays les plus durement touchés par l’urgence climatique.

Cette promesse était censée avoir été tenue d’ici 2020, mais les gouvernements riches n’ont pas encore tenu leur promesse de 100 milliards de dollars. 

Les négociateurs de la COP26 doivent définir comment l’engagement de 100 milliards de dollars sera respecté et dépassé à l’avenir. 

Le financement climatique doit également prendre la forme de subventions, plutôt que de prêts, pour éviter d’aggraver la crise de la dette à laquelle sont confrontés les pays à revenu faible et intermédiaire.

Les dirigeants doivent proscrire les combustibles fossiles une fois pour toutes

Le groupe de pays du G20 – qui constitue les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre au monde – doit s’engager collectivement à confier le charbon, le pétrole et le gaz à l’histoire pour maintenir la hausse des températures en dessous de 1,5°C.

Cela signifie que des pays tels que le Royaume-Uni doivent combler les lacunes existantes qui permettent le développement de combustibles fossiles dans leur pays ou à l’étranger et doivent également exclure tout développement ultérieur de combustibles fossiles. 

Qui était le président de la COP26 ?

La présidence de la COP tourne entre les différentes régions. En 2021, le Royaume-Uni et l’Italie accueilleront conjointement la conférence sur le climat.

Alok Sharma, qui était auparavant secrétaire aux affaires et secrétaire au développement international, était le président de la COP26. M. Sharma a succédé en tant que « président désigné » à Claire O’Neill, une ministre du climat sous la Première ministre Theresa May, qui a dirigé les travaux du gouvernement visant à fixer un objectif de zéro net dans la loi.

Le Royaume-Uni reprendra la présidence de la COP au Chili, qui était l’hôte officiel de la COP25, même si la conférence elle-même s’est tenue à Madrid en Espagne. Le gouvernement britannique a la possibilité  de montrer la voie en poussant d’autres pays à se fixer des objectifs climatiques plus ambitieux.

La COP26 était le plus grand rassemblement de dirigeants mondiaux jamais organisé sur le sol britannique. Plusieurs milliers d’autres personnes se réuniront également pour la COP, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du centre de conférence.

À l’intérieur de la conférence, des délégués tels que des politiciens, des diplomates et des militants ont tenu des discussions formelles et informelles. Les entreprises et les organisations de la société civile telles que les organisations caritatives ont contribué également en tant qu’observateurs au processus de la COP et avec des réunions appelées « événements parallèles » qui ont eu lieu autour des locaux de la COP.

Les discussions à la COP26 devaient se concentrer sur la question de savoir si les engagements pris par les pays de réduire les émissions seront suffisants pour arrêter les hausses de température dangereuses et mettre le monde sur la bonne voie pour atteindre le « zéro net » dès que possible . Le gouvernement britannique a fixé un objectif zéro net pour 2050 après des appels de militants de tout le pays, y compris des milliers de participants aux marches pour le climat.

Quels sont les avantages d’adopter un escalier en fer forgé ?

Escalier

L’escalier extérieur apparaît actuellement sous divers design, mais également en des matières variées. Pour trouver la matière idéale, il est indispensable d’intégrer le critère de résistance et d’esthétisme de l’escalier. Le fer forgé constitue la matière alliant parfaitement ces deux aspects si vous prévoyez construire un escalier extérieur. Ainsi, pour mieux sélectionner le modèle en fonction de votre budget et de votre besoin, référez-vous aux quelques lignes suivantes.

Continue reading « Quels sont les avantages d’adopter un escalier en fer forgé ? »

Les meilleures techniques d’étêtage en élagage

Pour limiter la hauteur d’un arbre, des travaux d’élagage en étêtage s’imposent, afin d’enlever sa flèche au moment de sa croissance. Cependant, pour obtenir un bel esthétique, cette intervention doit être planifiée au moment opportun et avec un très grand soin. Autrement, la pourriture risque de s’installer dans le tronc de votre plante. Cette taille permet ainsi de décliner l’aspect de votre marotte en différentes formes : tige ou une demi-tige, tonnelle, gobelet, arbre têtard… Pour ce faire, il est impératif de disposer d’un minimum de savoir-faire, si vous espérez mener à bien cette opération. Dans cette optique, il est indispensable de faire appel à un élagueur spécialisé pour vous avoir l’assurance d’une finition impeccable.

Maîtriser les principes de base

De façon naturelle, les résineux se développent en flèche dès leurs premières années de croissance, en laissant pousser horizontalement ou de manière inclinée ses branches. Au fil du temps, des charpentières se forment en hauteur et le houppier s’élève, après la déclinaison des ramures. A ce titre, la forte densité de plantation provoque une rapide dégradation de vos scions qui se trouvent à la base de vos troncs. Autrement, de l’hormone appelée auxine est libérée par le bourgeon au sommet et permet de réguler la croissance des ramilles. Ainsi, la vigueur de la flèche contribue au faible développement des ramifications qui deviendront en conséquence peu nombreuses.

Découvrir les conséquences fâcheuses d’une erreur d’appréciation

En effet, il est vital de prendre conscience que l’étêtage d’un arbre adulte lors d’une période de mutilation est fortement déconseillé. Particulièrement, s’il s’agit des espèces telles que sapin, épicéa ou pin ; à moins que la cime n’ait été touchée par la foudre. Le cas échéant, votre plante réagira comme suit :

  • Rétablissement de 1 à 3 flèches, ce qui ne permettra pas de dégager la vue.
  • Installation de la pourriture et ne favorisant pas la repousse de la flèche, ce qui provoquera des risques d’effondrement du résineux, depuis le sommet jusqu’aux branches. En effet, un problème de cicatrisation faute de recouvrement de la plaie suite à la coupe entraîne de lourdes conséquences pour votre exploitation forestière.
  • Apparition de multiples rejets au niveau de la taille qui favorisera la prolifération des gourmands tout le long de votre tronc. Parfois, ce phénomène se produit et de façon anarchique, suite à une intervention pratiquée il y a une dizaine d’années auparavant. De plus, vous ne pouvez pas avoir la garantie que l’intérieur de votre fût soit toujours en bonne santé. Par conséquent, il n’est pas certain qu’il ait la résistance nécessaire pour pouvoir porter tous ces rejets.

En définitive, une telle opération est susceptible d’impacter gravement le bien-être de votre plantation, selon différents facteurs. A commencer par leur niveau de stress ainsi que leur capacité à compartimenter en formant des barrières chimiques et physiques à l’intérieur du fût.

Bref, des travaux d’élagage sont indispensables pour entretenir au mieux votre parc forestier, afin de préserver le bon développement de vos espèces botaniques. Pour ce faire, vous devez rester vigilant et déterminer le moment opportun, ainsi que la technique adaptée en vue de mener à bien un étêtage. Dans cette optique, la meilleure façon de garantir un excellent résultat est de faire appel à un élagueur expérimenté comme sur ce site : https://www.artisan-paysagiste-44.fr/ .

Astuces pour un élagage dans les normes

Toute personne ayant des arbres sur sa propriété d’arbres est dans l’obligation de les élaguer périodiquement. Ceci a été édicté dans le but de réduire les différents risques liés à la chute de branches et des problèmes de voisinage pouvant en découler. Les arbres pouvant atteindre des hauteurs incommensurables, il se peut qu’ils soient également l’origine de dysfonctionnement des lignes électriques. A cet effet, l’élagage est nécessaire aussi bien pour la plante que pour le propriétaire qui pourrait voir sa responsabilité engagée.

L’importance d’un élagueur

Toutefois, les travaux d’élagage requièrent la maîtrise de certaines techniques et l’usage de matériels appropriés. Voilà pourquoi il est conseillé de faire appel à une entreprise d’élagage comme sur ce site : https://www.entreprise-elagage-sarthe.fr/ pour effectuer les travaux. Exposant à divers dangers, des règles de sécurité doivent être observées par celui qui va le réaliser. Des normes de sécurité sont imposées à l’élagueur professionnel ou pas. Il s’agit en l’occurrence du port de l’EPI et de l’usage du harnais pour prévenir les chutes. Quant aux autres réglementations de l’élagage, elles tendent surtout à pallier les éventuels accidents liés aux arbres et à limiter les nuisances causées aux voisins.

L’élagage : une activité réglementée

Bien que cela semble anodin, l’élagage est bel et bien soumis à une réglementation spécifique. Cela engendre plusieurs obligations à l’égard du propriétaire terrien où sont implantés les arbres. En effet, le propriétaire doit couper les arbres et arbustes faisant empiétement sur la propriété de son voisin. En outre, la charge de l’élagage revient au propriétaire dans le cadre d’une location. Dans ce sens, un voisin ne peut pas intenter une action en justice contre un locataire pour que celui-ci fasse élaguer les branches qui dépassent. Cependant, si les branches commencent à frôler une ligne à haute tension, l’élagage doit se faire en urgence.

Par ailleurs, dans le cas où les arbres se trouvent à proximité de lignes électriques, des règles précises doivent être respectées. Pour les plantes dépassant le domaine public ou privé où se trouve une ligne électrique, l’élagage est inévitable. C’est aussi le cas si la distance en vigueur n’est pas respectée. Il existe des horaires précis qui doivent être respectés pour élaguer. Durant les jours ouvrables, on peut démarrer à 8 h 30 pour terminer à 12 h, puis recommencer à 14 h 30 jusqu’à 19 h 30. Pour les samedis, on ne peut commencer à élaguer qu’à 9 h la matinée, 15 h l’après-midi et arrêter à 19 h et pour les dimanches, on est autorisé à effectuer ces travaux qu’entre 10 à 12 h.

La nécessité de tenue spécifique

Qu’il s’agisse d’élagueur professionnel ou d’un amateur, les travaux d’élagage impliquent l’usage de matériels de protection.   En effet, il est obligatoire d’enfiler des Équipements de Protection individuelle correspondante à aux normes. Il s’agit en l’occurrence de vêtements anti-coupures, de harnais et d’accessoires tels que les casques et les lunettes. L’ouïe pouvant être altérée en raison des bruits considérables faits par les outils de coupe, il est également essentiel de se protéger les oreilles. En plus de ces EPI, il est également primordial d’utiliser des matériels adéquats. Puisque les travaux se feront généralement en hauteur, il ne faut pas négliger la sécurisation de l’environnement. Dans ce sens, il n’est pas conseillé d’utiliser une échelle surtout si on a une tronçonneuse à la main. Instable, il devrait uniquement être utilisé pour monter sur l’arbre. Mieux vaut utiliser une nacelle qui est plus sécuritaire.

Comment traite-t-on l’eau?

Comment traite-t-on l’eau

L’eau douce est une ressource naturelle précieuse car elle est indispensable à la vie, qu’elle soit humaine, animale ou végétale. Quand elle vient à manquer, des régions verdoyantes deviennent des déserts et les populations sont obligées de migrer.

Il y a certes de multiples façons d’économiser l’eau ou de réduire sa consommation mais comme il s’agit d’un élément naturel que l’on ne peut pas fabriquer (hormis pour la désalinisation de l’eau de mer), il est également essentiel de savoir récupérer et traiter les eaux usagées pour les rendre de nouveau utilisables ou tout simplement pour éviter qu’elles ne polluent le milieu naturel. Comment cela se produit ? Nous vous expliquons l’essentiel dans cet article.

Les premières étapes a dépollution de l’eau

Le traitement des eaux usées varie selon le type de pollution à éliminer. Par ailleurs, les professionnels du secteur différencient globalement les eaux à traiter selon deux catégories : les eaux usées domestiques et les eaux usées industrielles. La première étape consiste à collecter les eaux à travers tout un réseau d’assainissement, public ou privé, afin de les diriger vers un bassin de dépollution.

Les communes et les villes sont ainsi équipées de stations d’épuration. Les industries doivent aussi disposer d’équipements et de dispositifs à même de récupérer les eaux polluées et cela constituent pour elles un véritable défi tout en représentant un budget important.

Une fois récupérée l’eau est filtrée afin de retirer le maximum de résidus à savoir tout ce qui est épais. Cette première filtration va d’ailleurs donner lieu à l’émission de boues qu’il faudra aussi savoir traiter puis utiliser. Contenant encore beaucoup d’eau, les boues doivent être séchées pour prendre moins de volume et aussi dépolluées, surtout lorsqu’elles contiennent des métaux.

Ces boues sont généralement utilisées en agriculture pour l’épandage c’est-à-dire comme engrais ou compost. Elles peuvent aussi servir de combustible en étant brûlées dans un incinérateur.

Le traitement lui-même

Une fois que l’eau est débarrassée de ses polluants les plus grossiers, il convient de lui ajouter des produits pour la rendre propre, soit pour être rejetée dans la nature, soit pour être de nouveau consommée par l’homme.

Aussi curieux que cela puisse paraître, il est possible de dépolluer l’eau à l’aide de chlore alors qu’il s’agit d’un produit chimique. On a d’ailleurs tous déjà fait l’expérience de boire de l’eau du robinet en notant un gout de javel très désagréable. Il ne s’agit pourtant que de chlore qui à faible quantité n’est pas nocif pour l’homme. L’azote peut aussi être utilisé dans cette phase du traitement de l’eau.

De l’oxygène dans l’eau

Les virus et bactéries pathogènes sont quant à eux éliminés par l’injection d’ozone ou par l’utilisation d’ultraviolets. L’une des méthodes qui connaît actuellement un vif succès consiste en outre à injecter de l’oxygène dans l’eau.

Toutefois, en cas de pollutions spécifiques, aux nitrates ou aux pesticides par exemple, des traitements de dépollution supplémentaires doivent être appliqués.

Les eaux usées en provenance de l’industrie doivent aussi la plupart du temps suivre un processus de dépollution qui leur est réservé.

L’importance de traiter l’eau

L’eau est la ressource de base pour assurer la vie de tous les êtres vivants sur la planète. L’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène est un droit fondamental. Pourtant, des milliards de personnes dans le monde continuent à rencontrer d’énormes difficultés pour accéder aux services les plus élémentaires au quotidien.

Bien que 2,1 milliards de personnes aient obtenu un accès à une eau et à un assainissement améliorés depuis 1990, la diminution de la disponibilité d’une eau potable de qualité est un problème majeur sur tous les continents. On estime qu’au moins une personne sur quatre sera touchée par le manque d’eau d’ici 2050.

Que deviennent vos déchets recyclés ?

déchets recyclés

Savez-vous qu’il est possible de fabriquer une voiture à partir de divers déchets recyclés ? Incroyable ! En effet, en les triant et les sélectionnant suivant un processus strict, il est possible d’obtenir des objets auxquels nous ne nous attendions pas. Ainsi, si nous voulons faire un geste à notre planète et à nos descendants, montrons le bon exemple où que l’on soit et trions nos déchets à l’aide de poubelle de tri sélectif.

Alors, que faire ? La mise en décharge est la solution la plus simple, la moins chère et la plus adoptée. Les ordures qui s’amoncèlent partout se décomposent, se putréfient. Elles produisent des gaz, souvent toxiques. Et l’Homme n’en est pas la seule victime, mais aussi la nature, la végétation et tous les animaux de la planète.

Pourquoi trier nos déchets ?

déchets recyclés

Aujourd’hui, nous produisons dans le monde en moyenne 2 milliards de tonnes de déchets par an et ce chiffre augmente sans cesse. Il est urgent d’agir et le recyclage fait partie des meilleures solutions pour préserver notre environnement. Sans compter que des tonnes de déchets sont jetés dans la nature.

Trier ses déchets protège notre environnement, le recyclage préserve les ressources de notre planète et permet de réduire la pollution.

Nos déchets du quotidien peuvent donner une seconde vie

D’après Véolia, presque toutes les ordures et tous les déchets peuvent être recyclés pour une nouvelle vie. Quelques exemples peuvent illustrer la réponse à la question posée.

L’aluminium

Tout aluminium recyclé peut bien reprendre vie sous diverses formes. Les canettes de soda, les feuilles d’aluminium qui enveloppent nos biscuits et nos chocolats, les boites de conserve sont des exemples de produits dérivés de l’aluminium. De par sa légèreté, c’est la principale matière la plus utilisée pour fabriquer les carlingues et les ailes des avions, les conteneurs qui logent les bagages dans les soutes, les coques des bateaux. Nous pouvons aussi fabriquer beaucoup d’autres pièces qui font partie de la mécanique ; comme les jantes alu, jusqu’aux carrosseries de Land Rover.

Les papiers et les cartons

Les papiers et les cartons sont également recyclables. Après traitement, ils peuvent encore redonner de nouvelles chemises cartonnées, de nouvelles rames de papiers et de serviettes hygiéniques, de nouvelles boites pour nos emballages. La réutilisation de ces matières nous permet de préserver d’importantes ressources forestières.

Le plastique

Le plastique aussi peut être réutilisé Il peut bien reprendre sa place sur le marché sous forme de bouteilles, de barquettes, de sceaux, de cuvettes, de couverts, de barils, et beaucoup d’autres encore. Mélangés avec d’autres matières, les déchets peuvent encore se transformer en sacs, tôles bien étanches, canoës, rames de bateaux, manches de toutes sortes, tables et chaises de jardin, etc.

Le reste d’huile de friture

Les restes d’huile de friture et les huiles de vidange peuvent aussi être revalorisés. Après filtrage et épuration, elles peuvent devenir un combustible comme le fioul ou le mazout.

Le verre

Le verre est recyclable à 100 %. C’est une matière inoxydable. Elle peut être traitée et remodelée en bouteille, en vitre, en vase, en pot, en meuble, en divers objets décoratifs dans un intérieur. Les isolants surs pour les câbles électriques sont en verre.

Les métaux

Les métaux peuvent également être recyclés et transformés en fer rond, en fer plat, en tube carré, rectangle et rond, en portes et fenêtres, en grille et véranda, en casseroles, etc.

En tout, en triant et sélectionnant nos déchets en vue des recyclages, nous préservons nos conforts, et surtout la planète dans son intégralité. Nous n’avons pas à toujours extraire de nouvelles matières premières, à consommer de l’énergie. Plus importants encore, nous pourrons faire plus d’économie.

Zéro déchet : le moyen idéal pour prendre soin de l’environnement

zéro déchet

L’idée d’adopter une routine zéro déchet peut être intimidante parce que les gens pensent qu’ils doivent changer complètement leur mode de vie. Cependant, ce n’est pas une question de perfection. Vous n’avez pas besoin de créer parfaitement un mode de vie zéro déchet. En fait, vous pouvez faire de votre mieux, en réfléchissant davantage à votre empreinte carbone. Pour cela, vous pouvez commencer à faire de meilleurs choix avec les produits que vous achetez. Dans cet article, nous explorons brièvement ce que signifie réellement ce terme, puis nous vous donnons quelques conseils pour réduire la quantité de déchets au quotidien.

Que signifie zéro déchet ?

Par définition, « zéro déchet, c’est s’assurer que rien ne se retrouve dans une décharge ». Cela peut signifier deux choses : l’une est qu’un produit est réutilisable, l’autre est qu’il peut réellement être recyclé. L’idée est de limiter ce qui va directement dans votre poubelle. »

Comment pouvez-vous commencer à être plus conscients de votre consommation ?

Pour être plus respectueux de l’environnement, il est préférable de rechercher des produits qui contiennent moins de déchets, qui sont sans emballage ou qui sont entièrement recyclables. Il vaut mieux éviter les articles à usage unique comme les lingettes pour le visage et les cotons ronds. Et au-delà de choisir soigneusement vos produits de beauté, commencez à apporter des articles réutilisables comme des sacs à provisions, des tasses à café et des bouteilles d’eau, des ustensiles et des pailles en métal avec vous lorsque vous êtes en déplacement.

Etant donné que les articles à usage unique obstruent les décharges et contribuent au changement climatique et au réchauffement climatique, il vaut mieux opter pour le recyclage et la réutilisation des produits.

Les cosmétiques, les produits d’hygiène et les produits d’entretien sont problématiques pour un mode de vie zéro déchet. Le principal dilemme réside dans les ingrédients qu’ils contiennent. Les partisans du zéro déchet préfèrent souvent les ingrédients naturels dans leurs produits cosmétiques et d’hygiène.

Adopter les bonnes habitudes à la maison

A la maison, vous pouvez adopter plusieurs habitudes pour vivre un mode de vie zéro déchet. Comme dit précédemment, pour tous les futurs achats, il est important de rechercher des articles durables. Par exemple, choisissez des jouets en bois pour vos enfants plutôt que des jouets qui se cassent facilement. Ensuite, il faudra faire preuve de créativité et donner une seconde vie aux conteneurs. Si ce n’est pas possible, recyclez autant que possible. Selon les règles de l’art, le recyclage est l’une des dernières ressources pour réussir un mode de vie zéro déchet. Idéalement, vous devriez réduire au maximum la consommation d’emballages, y compris les matériaux recyclables.

Pour bien intégrer les comportements, gardez toujours en tête que vous devez le faire progressivement. Alors ne vous débarrassez pas de tous vos produits et remplacez-les tout de suite par des solutions zéro déchet. Ce serait vraiment contradictoire. Tout d’abord, utilisez ce que vous avez avant de les remplacer. Créer des rappels sur son téléphone pour se souvenir de ses sacs réutilisables est aussi un bon moyen d’assimiler ce comportement. Enfin, pour se motiver, essayez d’impliquer toute la famille en groupe et de les sensibiliser à la protection de l’environnement.

Quelle est la différence entre élagage et abattage?

Les travaux d’élagage sont obligatoires pour un propriétaire. Les arbres qui sont trop encombrants ont besoin d’être taillés, voire même abattus. L’élagage et l’abattage sont deux notions différentes, mais peuvent parfois aboutir au même objectif.   Quelle est donc la différence entre ces deux opérations qui font souvent l’objet de confusion? Quelle est leur vraie signification ?

L’élagage, à quoi consiste-t-il exactement?

Depuis quelques années, faire appel à un élagueur est devenu très en vogue. Ce n’est pas qu’une tendance puisque les travaux d’élagage sont à la fois complexes et risqués. Pour avoir un meilleur résultat, il faut savoir combiner délicatesse et technique. De ce fait, de nombreux professionnels commencent à s’intéresser dans ce domaine. L’élagage consiste en gros à supprimer les branches mortes ou malades. Ces dernières qui sont susceptibles de ralentir voire d’arrêter la croissance d’un arbre sans parler du rendu peu esthétique qu’elles offrent. Dans certains cas, l’élagage est effectué pour des raisons de sécurité. En effet, au fil du temps les branches ont tendance à prendre des directions différentes l’une de l’autre. Elles peuvent former des nœuds entre elles. Ces nœuds provoquent une saturation importante de la lumière. Évidemment, pour son développement l’arbre a besoin d’aération et de lumière.

En bref, l’élagage consiste à tailler ou à couper les branches pour assainir l’arbre. En plus, les branches peuvent représenter un danger pour les fils et câbles électriques et le toit des bâtiments. De ce fait, l’élagage constitue une mesure de sécurité supplémentaire. Il existe plusieurs techniques d’élagage lorsque vous faites appel à un élagueur expérimenté:

  • L’élagage en douceur ou raisonné : elle consiste à tailler de façon régulière les petites branches. C’est une mesure préventive. Il s’agit également de les former avant leurs maturités.
  • L’élagage sévère ou ponctuel : il s’agit de tailler les branches de plus grand diamètre. Ce qui signifie tailler la structure de l’arbre. Cependant, il faut éviter de tailler en grande partie. Les grandes plaies favorisent les maladies et les champignons ou bactéries.
  • L’élagage pluriannuel ou en marotte: cette technique concerne la coupe des rameaux au ras de la marotte. Elle permet de limiter le développement de l’arbre. Cependant, elle ne convient pas à tous types d’arbres.

L’abattage : quelle différence par rapport à l’élagage ?

L’abattage fait partie des travaux d’élagage. Faire appel à un élagueur pour abattre un arbre est donc envisageable. En effet, un simple élagage peut ne pas suffire. Un abattage est souvent entrepris pour raison de son emplacement. Un arbre mal placé ou encombrant peut empêcher la réalisation d’un projet . En effet, l’aménagement d’un nouveau jardin ou d’une terrasse nécessite une surface plus vaste. Parfois, l’élagage ne suffit pas lorsqu’un arbre en entier est malade. L’abattage reste la meilleure solution.

Abattre un arbre s’effectue toute l’année contrairement à l’élagage qui est recommandé en hiver. Cependant, pendant l’hiver les arbres ont moins de feuilles. Ce qui offre une meilleure visibilité. La technique pour abattre un arbre se fait à partir du sol. En outre, l’abattage nécessite plus de sécurité que d’autres travaux d’élagage. De plus, il faut faire attention à la rétention des branches. Le poids des arbres constitue également une contrainte. À certaines périodes de l’année, surtout en saison pluviale, l’arbre contient beaucoup d’eau. C’est ce qui augmente son poids.

Est-il nécessaire de passer par une formation pour mettre en place le télétravail au sein de son entreprise ?

Avec la crise sanitaire et le confinement obligatoire, nombre d’entreprises ont fait l’expérience du télétravail par obligation.

Si, pour beaucoup de dirigeants et de salariés, l’expérience a été positive, cela a pu être plus compliqué à mettre en place dans certains cas et, pour certains salariés, travailler seul à domicile a eu des répercussions psychologiques qui ont nui à leur santé et donc à la motivation et à la productivité.

Passer par une formation pour mettre en place le télétravail va permettre d’éviter des écueils.

Des bénéfices reconnus par un fort pourcentage de dirigeants et de salariés

Beaucoup de dirigeants qui, au départ, étaient réticents au télétravail par crainte de la remise en cause du lien hiérarchique, de contraintes administratives supposées ou encore de risques liés à la sécurité des outils informatiques, se sont aperçus que ce mode de fonctionnement, au contraire, améliorait l’engagement et la productivité des salariés et, qu’en plus, cela pouvait permettre une réduction des frais fixes.

De leur côté, les salariés y ont trouvé un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, en particulier grâce à l’élimination des temps de trajets entre le lieu de travail et le domicile, et ils ont aussi apprécié le gain d’autonomie et les économies faites, toujours liées à l’élimination des trajets.

Problèmes organisationnels, techniques et humains

Si le télétravail est donc, maintenant, de plus en plus plébiscité, sa mise en place nécessite de revoir l’organisation managériale, de mettre en place de nouveaux outils et d’effectuer un suivi tant que ce nouveau mode de fonctionnement n’est pas bien intégré par tous.

Pour les managers, il s’agira de passer d’un fonctionnement basé sur le contrôle à un fonctionnement basé sur la confiance avec l’utilisation d’outils de suivi et pour les salariés, il faudra veiller aux répercussions pouvant nuire au salarié et/ou à la qualité de son travail par perte d’esprit d’équipe, par une mauvaise organisation due à l’isolement ou encore par une possible augmentation de la charge mentale.

Une formation pour la mise en place efficace du télétravail

Vous souhaitez instaurer le télétravail dans votre entreprise en vous assurant qu’il y aura un réel gain d’efficacité tout en étant sûr de respecter la législation en vigueur ?

Faites appel à un centre de formation spécialisé qui saura vous proposer l’organisation managériale adéquate et tous les outils collaboratifs et de suivi nécessaires avec l’accompagnement nécessaire jusqu’à la mise en route effective du nouveau mode de fonctionnement.

La réserve naturelle de Scandola en Corse : entre rochers et mer

La réserve naturelle de Scandola s’étend sur 1 900 hectares et offre de beaux paysages façonnés par l’érosion. Les roches volcaniques rouges créent un contraste splendide avec le bleu intense de l’eau, créant un paysage à couper le souffle. Une oasis suggestive sur l’île de Corse réputée pour sa faune exceptionnelle où le faucon Pescatore et le faucon pèlerin règnent en maître.

La réserve naturelle de Scandola : tout savoir

Scandola est une réserve naturelle marine et terrestre, dont l’accès est strictement réglementé. La Réserve fait en effet partie du parc naturel régional de Corse et est également inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO.

La Réserve de Scandola a été créée en 1975 et est considérée comme la première réserve naturelle européenne à avoir une partie protégée sur la mer et une partie sur terre, située sur la côte ouest de la Corse. La réserve naturelle se compose de deux secteurs : l’îlot d’ElpaNera et la péninsule de Scandola. Les pentes marines, hautes même de 900 mètres, contiennent de nombreuses grottes et sont flanquées de nombreuses îles et criques inaccessibles, comme celle deTuara.

Entre falaises rouges, falaises abruptes, criques…, la Réserve Naturelle de Scandola doit faire partie de votre liste de must-see lors de votre voyage en Corse. Un endroit sauvage où la nature est intacte, que vous ne pouvez atteindre que par la mer ou pour les plus intrépides, face à des sentiers sinueux et difficiles à pied.

Comment visiter la réserve de Scandola

Le ScandolaNatur al réserve n’est pas accessible à pied, mais seulement par la mer. En effet, à seulement 3 km de la côte, il y a déjà des montagnes qui dépassent les mille mètres d’altitude. La seule possibilité est de parcourir de longs sentiers dans la nature la plus indomptable ou de profiter du service de navette qui part des stations d’Ajaccio, Calvi, Galéria et Porto. Une excursion qui vous permet non seulement de visiter la Réserve Naturelle de Scandola, mais aussi les calanques de Piana, le Golfe de Porto et le village de pêcheurs de Girolata.

Vous avez deux façons de visiter cette magnifique réserve :

  • Croisière vers la Réserve Naturelle de Scandola au départ de Calvi : depuis le port de Calvi, vous longerez la magnifique côte ouest de la Corse. Il vous faudra environ 1 heure pour atteindre Scandola. Ici, vous découvrirez la réserve et ses paysages à couper le souffle et profiterez d’une halte pour vous baigner dans les eaux claires autour de Scandola.
  • Croisière à Scandola depuis Ajaccio : vous pouvez également visiter la Réserve Naturelle de Scandola en bateau depuis Ajaccio. Vous aurez l’occasion de naviguer vers le nord en longeant la côte pour rejoindre la Réserve Naturelle de Scandola et ses magnifiques paysages, comme les Calanchi di Piana, une attraction à ne pas manquer entre Porto et Ajaccio.

Que voir autour de la réserve de Scandola ?

Parmi les principaux lieux à visiter autour de la Réserve Naturelle de Scandola, ne manquez pas !

  • Port de Porto

Le port de Porto est le point de départ des croisières pour la Réserve Naturelle de Scandola et Girolata. Situé entre Calvi et Ajaccio, caché dans le gouffre profond qui porte son nom, le village de Porto fait partie de la bande côtière de la ville d’Ota. Avec ses sites prestigieux, l’ensemble du golfe de Porto est devenu un site du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983.

  • LesCalanchi De Piana

Les Calanchi de Piana représentent une formation géologique particulière que l’on trouve en Corse, au sud de la ville de Porto, sur la commune de Piana. Les roches de granit rouge s’élèvent à environ 400 mètres au-dessus du niveau de la mer directement sur la côte de l’île.

  • Les Gorges DeSpelunca

Visiter les gorges de Spelunca est l’une des meilleures choses à faire autour de Scandola. Ce magnifique complexe relie les villages d’Ota et d’Evisa, près de Porto. Depuis Ota, il faut descendre les gorges pendant 2 heures pour rejoindre Evisa.